Roy Dupuis a dit non au réalisateur de «Babel»

Publication: Mis à jour:
ROY DUPUIS
Ismaël Houdassine
Imprimer

Roy Dupuis a refusé un rôle dans le prochain long métrage d'un des réalisateurs les plus influents de la planète, le Mexicain Alejandro González Iñárritu, qui avait notamment tourné 21 Grams et Babel, a appris le Huffington Post Québec.

Pourtant, sur papier, la proposition était alléchante. The Revenant, dont la sortie est prévue pour 2015, va mettre en vedette Leonardo DiCaprio (qui signera avec ce long métrage son grand retour) et Tom Hardy. Adaptée du roman de Michael Punke, la superproduction dont l'action est située en 1820 raconte la vengeance d’un trappeur laissé pour mort par ses compagnons après l’attaque violente d’un ours.

Mais clairement, l'offre faite à Dupuis impliquait trop de contraintes pour l'acteur québécois qui devait se lancer dans le projet, sans trop savoir quel aurait été son rôle.

«Les producteurs m’ont proposé un rôle sans me donner aucune information, a lancé Dupuis en entrevue. J’ai refusé parce qu’ils ne voulaient pas me faire lire le scénario. C’était trop mystérieux et en plus, ils me demandaient d’être disponible n’importe quand pendant plusieurs mois.»

Le comédien a finalement estimé que cela n’en valait pas la peine. «J’ai dit non. Ce qui attire mon attention ce sont avant tout les scénarios. Je ne peux m’engager sans savoir dans quoi je m’embarque», explique-t-il.

Même si Iñárritu est l’un des cinéastes les plus en vue à Hollywood – son très attendu Birdman qui met en scène Michael Keaton, Naomi Watts et Edward Norton sort en salles vendredi - Roy Dupuis est loin de regretter sa décision.

«Je connais bien les films de ce réalisateur. J’avais d’ailleurs beaucoup aimé son long métrage 21 Grams, mais je ne dis pas oui à n’importe quel prix. J’ai déjà refusé des propositions américaines par le passé et je n’ai jamais eu de soucis avec ça.»

Selon l'acteur, sa décision n'a pas été le fruit de son égo. «Avec la génération Facebook, je sais que c’est important, mais moi je ne cherche pas la renommée. Dans le métier d'aujourd’hui, la promotion est devenue envahissante. Je n’ai jamais été là-dedans et je m’en éloigne de plus en plus.»

Ce qui intéresse l'acteur, ce sont les histoires, quitte à privilégier les productions locales. «Je n’ai jamais manqué d’ouvrage au Québec. C’est clair que les rôles qu’on me propose ici ont toujours été plus intéressants qu’à Hollywood. Et l’idée d’aller habiter à Los Angeles ne m’a jamais vraiment tenté», raconte-t-il.

Toutefois, Dupuis avoue qu’il existe un réalisateur à qui il ne refuserait rien. «Je dirais toujours oui à Marc-André Forcier. Il fait du cinéma comme un poète.»

L’acteur ne cherche pas à accumuler les rôles. Hormis quelques films qui devraient bientôt prendre l’affiche comme Ceci n’est pas un polar de Patrick Gazé et Le bruit des arbres de François Péloquin, Dupuis est pris par d’autres projets. «Je suis un peu ailleurs présentement. Je ne m’ennuie pas. J’ai plus envie de voyager que de travailler en ce moment.»

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Films de la semaine - 24 octobre 2014
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction