POLITIQUE

Quel serait le coût pour Justin Trudeau d'annuler une baisse d'impôts?

30/10/2014 07:40 EDT | Actualisé 30/10/2014 07:40 EDT
CP

En laissant entendre qu'il annulerait le fractionnement du revenu annoncé par Stephen Harper, le chef du Parti libéral Justin Trudeau risque-t-il de perdre des appuis politiques, à un an des prochaines élections fédérales?

Un texte de Denis-Martin Chabot

Les observateurs politiques s'entendent pour dire que la promesse d'abolir des baisses d'impôts ou d'augmenter les impôts n'est pas habituellement une mesure populaire.

Or, les circonstances ne sont pas habituelles, si l'on se fie à un sondage Radio-Canada/EKOS publié il y a deux semaines. Il démontre que seulement 16 % des gens croient qu'il faut utiliser d'éventuels surplus budgétaires fédéraux pour réduire les impôts. Même chez les partisans des conservateurs, l'appui n'est que de 28 %.

D'autres sondages confirment cette tendance. En novembre 2013, dans le cadre d'un sondage Nanos réalisé pour le compte de la Coalition canadienne de la santé, 45 % des répondants préféraient un réinvestissement en santé d'éventuels surplus. Ce sondage effectué auprès de 1000 personnes avait une marge d'erreur de plus ou moins 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Justin Trudeau fait donc le pari qu'il risque peu en promettant d'annuler les baisses d'impôts.

En 2006, les conservateurs de Stephen Harper avaient annulé une réduction d'impôts consentie par les libéraux quelques mois plus tôt pour financer une baisse de la TPS. Stephen Harper avait été réélu à l'élection suivante.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Justin Trudeau Family Photos