NOUVELLES

Le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'homme en Iran félicite Ottawa

30/10/2014 01:02 EDT | Actualisé 30/12/2014 05:12 EST

OTTAWA - Le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme en Iran estime que la position ferme du Canada face à Téhéran donne du courage aux opposants dans ce pays.

Ahmed Shaheed a été accueilli à Ottawa jeudi matin par le ministre des Affaires étrangères, John Baird. Il a estimé que plusieurs groupes de la société civile iranienne tirent encouragement de la position de certains pays, en particulier le Canada, en matière de défense des droits de la personne.

Le ministre Baird a salué le travail de M. Shaheed et déploré que la situation des droits de la personne en Iran se soit détériorée au cours de l'année. Il a rappelé que si le monde est très préoccupé par les velléités nucléaires de Téhéran, il devrait quand même garder l'oeil ouvert sur le dossier des droits de la personne dans ce pays, ce que le Canada a résolument décidé de faire.

Le Conseil des droits de l'homme des Nations unies procédera ce vendredi, à Genève, à son évaluation périodique du dossier iranien.

Le Canada a adopté l'une des positions les plus fermes dans le monde face au régime iranien, en 2012, en fermant son ambassade à Téhéran et en expulsant les diplomates iraniens en poste au Canada. En 2003, la photojournaliste irano-canadienne Zahra Kazemi avait été arrêtée alors qu'elle prenait des photos d'une manifestation devant la prison d'Evin, où elle a ensuite été torturée et violée; elle est morte quelques semaines plus tard à l'hôpital.

Le ministre Baird a indiqué que l'élection du président Hassan Rouhani, l'an dernier, n'a pas amélioré la situation, peu s'en faut, contrairement à ce que certains espéraient. Ce qui rend le rôle du rapporteur spécial de l'ONU plus important que jamais, a estimé le ministre.

Le Canada, a-t-il dit, est particulièrement préoccupé par le nombre d'exécutions en Iran, la persécution dont sont victimes les homosexuels et les femmes, et la répression des dissidents.

PLUS:pc