NOUVELLES

La Suède reconnaît l'État palestinien; Israël rappelle son ambassadeur

30/10/2014 06:14 EDT | Actualisé 30/12/2014 05:12 EST

STOCKHOLM - La Suède est devenue jeudi le plus important pays occidental à reconnaître l'État palestinien, suscitant de vives protestations d'Israël, qui a rapidement rappelé son ambassadeur à Stockholm.

Le geste du nouveau gouvernement suédois de gauche reflète l'impatience croissante de la communauté internationale face au contrôle exercé par l'État hébreu depuis près de 50 ans sur la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza. L'annonce survient également alors que les tensions sont élevées entre Arabes et Juifs en lien avec un projet de construction de 1000 logements à Jérusalem-Est.

La ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, a indiqué que la Suède, respectant une promesse présentée lorsque le gouvernement social-démocrate a pris le pouvoir, plus tôt ce mois-ci, croit que la Palestine répond aux critères internationaux — un territoire, un peuple et un gouvernement — pour être reconnue comme État.

Ce faisant, la Suède devient le 135e pays à reconnaître l'existence de l'État palestinien, et le troisième en Europe de l'Ouest, après Malte et Chypre. Certains pays d'Europe de l'Est avaient pris une telle position durant la guerre froide.

Israël a rapidement condamné l'annonce suédoise, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman parlant d'une «décision misérable qui renforce les éléments extrémistes et le "rejectionnisme" palestinien». Un porte-parole du ministère a précisé que l'ambassadeur israélien à Stockholm avait été rappelé pour consultations, mais n'a pas voulu préciser combien de temps il demeurerait en Israël.

Une haute responsable palestinienne, Hanan Ashrawi, a salué la «courageuse» décision suédoise. «Nous espérons que d'autres membres de l'Union européenne et d'autres pays partout sur la planète suivront l'exemple de la Suède et reconnaîtront la Palestine avant que les chances d'établir une solution à deux États ne soient irrémédiablement détruites», a-t-elle déclaré.

L'État hébreu soutient que les Palestiniens ne peuvent accéder à l'indépendance que par des négociations de paix, et estime que la reconnaissance de la Palestine à l'ONU ou par des pays individuels sape ce processus. Les Palestiniens, de leur côté, martèlent que le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou n'est pas sérieux à propos de la tenue de négociations.

PLUS:pc