DIVERTISSEMENT

Dominic Paquet en Claude Blanchard au cinéma?

30/10/2014 07:45 EDT | Actualisé 30/10/2014 07:54 EDT
PC

Dominic Paquet pourrait bientôt jouer au grand écran. Très occupé par les temps qui courent, avec la préparation de son troisième spectacle, intitulé Rien qu’s’une gosse, sa participation hebdomadaire aux émissions Direct dans l’net, à Z, et À la semaine prochaine, à Radio-Canada Première, et l’écriture de différents projets, l’humoriste a néanmoins confirmé, en entrevue, mercredi, avoir présentement un scénario à l’étude sur sa table de chevet.

«Je me suis fait approcher par un réalisateur», a avancé Dominic, soucieux de ne pas trop en révéler.

Or, Le Huffington Post Québec a quand même gentiment insisté pour en savoir davantage. C’est qu’une information provenant d’une source fiable indique que Dominic Paquet pourrait incarner nul autre que Claude Blanchard au cinéma. Interrogé à savoir s’il pourrait, oui ou non, prêter ses traits au regretté comédien dans un long-métrage, Paquet est demeuré bouche bée, puis y est allé d’une réponse hésitante et évasive, laissant ainsi supposer que le bruit pourrait être exact.

«Je ne sais pas… Je ne peux pas le dire… Je ne peux pas en parler, a-t-il balbutié en pouffant de rire. C’est tellement loin, que je ne sais même pas à quel point je peux en parler…»

«Honnêtement, j’ai eu une rencontre avec un réalisateur, mais c’est tellement loin… Il n’y a rien de concret encore. Mais c’est un projet intéressant», s’est-il borné à affirmer.

Le défi serait en effet énorme pour lui d’interpréter un artiste légendaire du Québec, que les plus vieux ont connu à l’époque du burlesque et des cabarets, et les plus jeunes, grâce à ses rôles dans Virginie, Music Hall et Omerta. Claude Blanchard s’est éteint en 2006.

«Jouer un rôle dramatique, ce serait vraiment un challenge», a concédé Dominic Paquet, sans vouloir s’aventurer plus loin.

Humour théâtral

Mais qu’importe, l’homme a de quoi s’amuser avant de tenter ses premières armes au septième art. La vente de billets pour son troisième one man show, Rien qu’s’une gosse, va bon train, et le rodage commencera après les Fêtes. Avec cette nouvelle création, Dominic Paquet compte conserver le style qui lui est propre et que ses admirateurs adorent, très physique, qui lui permet d’insuffler différents tons et nuances à ses prestations.

«Les metteurs en scène m’ont souvent dit qu’il y a quelque chose d’un peu théâtral dans mon humour, glisse Dominic. Je joue beaucoup mes gags. Je ne suis pas un stand up classique, qui fait juste dire ses lignes. J’aime entrer des personnages dans mes monologues, avec une voix spéciale, une mimique, une gestuelle. Je pense que c’est ce qui fait accrocher les gens.»

«Ça va quand même vite, dans ma tête (rires). Je n’ai pas nécessairement de fil conducteur dans mes spectacles, j’aime parler d’un sujet et, parfois, sauter du coq à l’âne. Je trouve que c’a l’air de bouger encore plus comme ça ; les gens se disent à la fin que j’ai parlé de plein de choses et qu’ils ont eu du fun. Mais les thèmes coulent quand même bien ensemble. J’aime trouver des filons pour surprendre les gens.»

En rigolant, Dominic Paquet offre un aperçu des thèmes que portera Rien qu’s’une gosse : Canal Vie et ses titres parfois étranges (Docteur, suis-je normal?, Enceinte… sans le savoir), les restaurants à déjeuners, le travail des serveurs. Pour l’instant, il a finalisé environ une heure de matériel et continuera de se remuer les méninges dans les prochaines semaines avec son metteur en scène, Réal Béland, son script-éditeur, Pierre Fiola, et d’autres scripteurs, qui l’aideront à orienter ses idées, même s’il pond tout lui-même. Martin Vachon, qui fait comme lui partie de l’écurie du Groupe Entourage, pourrait assurer la première partie de Rien qu’s’une gosse, mais rien n’est encore décidé officiellement en ce sens.

Aussi sur DVD

La rentrée montréalaise de Dominic Paquet aura lieu les 29 et 30 avril, et les 1er et 2 mai, au Théâtre St-Denis, après des arrêts à Laval et Québec. Pour patienter jusque-là, les admirateurs du comique peuvent se rabattre sur le DVD de Paquet voit le jour, sorti cette semaine en magasin. Ce second opus, mis en scène par Michel Courtemanche, avait réellement consacré Dominic Paquet au rang d’humoriste-vedette, en 2010, avec ses 150 représentations, ses 60 000 billets vendus et ses deux nominations au Gala les Olivier.

«Et beaucoup d’anecdotes de tournée», précise le principal intéressé en riant.

Le périple Paquet voit le jour s’est terminé en novembre 2012, et les images du DVD ont été captées à la même période, au Théâtre du Vieux-Terrebonne. Dans ce deuxième effort solo, Paquet traitait avec sa joyeuse répartie de sa timidité d’enfant, des salons de massage et de Dieu, et ceux qui l’ont applaudi se souviendront certainement du fameux numéro du Slap Chop, qui sera sans doute gravé dans les annales de sa carrière.

Sinon, Dominic Paquet sera du dernier épisode de la présente saison des Pêcheurs, à Radio-Canada, qui durera exceptionnellement une heure. Il y croisera le fer avec Martin Petit, bien sûr, mais aussi avec Claude Meunier et Jean-Thomas Jobin. Il est également possible qu’il collabore à l’écriture de la troisième saison de la comédie de Martin Petit, s’il en a le temps. Direct dans l’net, qu’il co-anime avec P-A Méthot et Mélanie Ghanimé, sera en outre de retour dès janvier 2015, à Z.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques sketchs incontournables en humour