NOUVELLES

Des peshmergas sont arrivés à Kobané

30/10/2014 08:44 EDT | Actualisé 30/12/2014 05:12 EST

SURUC, Turquie - Dix combattants peshmergas irakiens sont entrés jeudi dans la ville de Kobané depuis la Turquie, en renfort aux Kurdes qui tiennent tête aux djihadistes du groupe armé État islamique depuis plusieurs semaines.

Au total, ce sont quelque 150 peshmergas kurdes qui sont attendus à Kobané.

Des combats violents ont éclaté pendant la nuit quand les djihadistes ont tenté de s'emparer du poste frontalier entre Kobané et la Turquie.

L'offensive des djihadistes signifie que les renforts ne pourront entrer à Kobané qu'au compte-gouttes, a expliqué le militant Mustafa Bali.

L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, a expliqué que les dix peshmergas sont entrés à Kobané en milieu de journée. Les autres peshmergas se trouvent dans la ville turque de Suruc, à environ 12 kilomètres de la frontière avec la Syrie. Suruc est située le long d'une route qui mène au village de Mursitpinar, où est situé le poste frontalier.

Des militants affirment que 1000 combattants kurdes affrontent actuellement 3000 djihadistes dans les rues de Kobané.

L'impact réel des peshmergas irakiens dépendra de l'efficacité de leurs armes et de la poursuite des frappes aériennes menées par la coalition américaine. Le Commandement central des États-Unis dit que l'armée de l'air américaine a réalisé 12 frappes en Syrie depuis mercredi, dont dix dans la région de Kobané. Cinq édifices occupés par les djihadistes auraient été détruits, faisant une dizaine de morts.

Une cinquantaine de rebelles syriens provenant de l'Armée syrienne libre étaient arrivés mercredi à Kobané, aussi en renfort aux combattants kurdes.

L'offensive des djihadistes a déjà fait plus de 800 morts et chassé plus de 200 000 personnes de l'autre côté de la frontière, vers la Turquie.

PLUS:pc