POLITIQUE

Lendemain de fusillade à Ottawa: les députés accueillent en héros le sergent d'armes Kevin Vickers (EN DIRECT)

23/10/2014 06:18 EDT | Actualisé 23/10/2014 06:18 EDT

À Ottawa, jeudi matin, ce fut un retour à la Chambre des Communes peu banal que celui effectué par les élus, au lendemain d'une attaque dont le souvenir effaré restera à jamais dans les mémoires.

Retour peu banal notamment pour le sergent d'armes Kevin Vickers auquel les membres du Parlement ont offert une longue ovation à son entrée en Chambre. Le sergent d'armes, dont le rôle est d'assurer la sécurité au parlement, est de ceux qui ont ouvert le feu sur l'auteur de la fusillade dans laquelle le caporal Nathan Cirillo, un réserviste de Hamilton, a perdu la vie.

Kevin Vickers a accueilli avec dignité, mais non sans émotion, l'hommage rendu par les membres du parlement qui l'applaudissaient et frappaient sur leur pupitre, comme le veut la tradition parlementaire.

Les députés ont aussi observé une minute de silence à la mémoire du soldat tué hier au Monument commémoratif de guerre du Canada.

Prenant la parole le premier à la Chambre des communes, le premier ministre Stephen Harper a d'entrée de jeu salué et remercié les partis d'opposition pour leur soutien et leur solidarité dans cette épreuve qui afflige le pays.

« Nous sommes tous conscients et fort troublés que les deux attentats terroristes de cette semaine soient le fait de citoyens canadiens, de jeunes hommes qui ont grandi ici, qui sont nés ici. Je partage cette inquiétude et me demande quelle faiblesse d'esprit pourrait faire en sorte qu'une personne rejette une nationalité que tellement de gens, dans tellement de pays, s'efforcent de mériter pour leurs enfants. »

— Le premier ministre Stephen Harper dans son allocution à la reprise des travaux au parlement

Après avoir prononcé son allocution, le premier ministre a traversé la Chambre pour serrer la main et donner l'accolade à Thomas Mulcair du Nouveau Parti démocratique (NPD) et Justin Trudeau du Parti libéral du Canada (PLC). Ensuite, M. Mulcair a pris la parole.

« Hier, un tireur fou s'est rendu ici pour tenter de nous réduire au silence, pour tenter de réduire au silence les valeurs que notre pays représente : la paix, la tolérance et la diversité. Monsieur le président, il a échoué. »

— Le chef de l'opposition officielle, et leader du Nouveau parti démocratique, Thomas Mulcair

Ce fut ensuite au tour de Justin Trudeau de s'adresser à la Chambre.

« Nous tendons la main à nos amis et concitoyens, de la communauté musulmane. Les Canadiens savent que les actes perpétrés hier sont criminels et pas religieux. Ils sont une perversion odieuse de votre foi. Continuer en coopération et avec respect préviendra l'influence d'une idéologie propagandiste qui se dit religion. [...] Nous marcherons ensemble, jamais séparés. »

— Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau

Moment de recueillement perturbé par une arrestation

Plus tôt en matinée, le premier ministre Stephen Harper, ses ministres et des députés se sont recueillis au monument où le caporal Nathan Cirillo a été abattu.

La visite de M. Harper au Monument commémoratif de guerre a été perturbée par l'arrestation d'un homme qui s'était un peu trop approché du site. « Il s'agit simplement d'un individu ayant tenté de se rendre sur une scène de crime, et c'est tout ce que nous avons pour l'instant », a indiqué un porte-parole de la police d'Ottawa, le sergent Marc Soucy.

La tension était palpable, au lendemain de l'attaque contre le parlement, lorsque plusieurs policiers ont dégainé leur arme de service avant d'intimer l'ordre au passant de s'étendre, face contre terre, sur le trottoir. Des agents des forces spéciales, armés de fusil d'assaut ont même encerclé les policiers qui procédaient à l'arrestation de l'intrus.

Dur réveil pour la capitale nationale

La situation revient tout doucement à la normale dans les rues d'Ottawa après la journée chaotique d'hier marquée par le meurtre d'un caporal qui montait la garde au Monument commémoratif de guerre et l'attaque du parlement par un homme armé abattu par les forces de sécurité au terme d'une fusillade nourrie dans les couloirs du parlement.

Des centaines de résidents et de travailleurs ont été forcés au confinement pendant près de 12 heures dans le centre-ville d'Ottawa et les édifices du Parlement.

Les députés n'ont pu quitter l'édifice de la colline du Parlement que tard hier soir à bord d'autobus escortés par des policiers.

Le périmètre de sécurité a été considérablement rétréci au cours des dernières heures. Seuls les secteurs du Monument commémoratif de guerre du Canada, où le caporal Nathan Cirillo est mort, et le parlement sont toujours bouclés par la police.

L'Hôpital d'Ottawa dit avoir admis quatre blessés en lien avec les événements. L'un d'eux est un gardien de sécurité du parlement qui a été atteint au pied. Les blessés ont reçu leur congé de l'établissement en soirée.

Ce qu'on sait

  • Il a été confirmé que c'était bien le véhicule de la ministre d'État Michelle Rempel dont s'est emparé le tireur sur la colline du parlement, mercredi.
  • Le chef de police d'Ottawa, Charles Bordeleau, a confirmé qu'il n'y avait eu qu'un seul tireur. Le porte-parole de la police, Marc Soucy, a affirmé qu'on ne recherchait pas d'autres assaillants.
  • Des témoins avaient rapporté des coups de feu à l'extérieur du parlement. Il semble qu'il ne s'agissait que de rumeurs.
  • Les opérations policières et l'enquête sont toujours en cours. On espère en apprendre davantage sur les motifs qui animaient le tireur de 32 ans, Michael Zehaf-Bibeau et sur l'existence d'un éventuel réseau ou de complices qui auraient pu l'aider à perpétrer cette attaque contre le siège du gouvernement canadien.

Tout a commencé en matinée peu après 9 h 30, lorsqu'un homme armé a tiré sur un des soldats qui montent la garde au Monument commémoratif de guerre. Le soldat, Nathan Cirillo, est mort plus tard des suites de ses blessures.

À 9 h 52, les appels au service d'urgence 911 ont commencé à arriver, indiquent la GRC et la police d'Ottawa.

Le suspect, qui était armé d'une carabine de chasse, se serait ensuite dirigé vers l'édifice du Parlement, situé à proximité. Il aurait volé une voiture à la pointe de sa carabine pour forcer son entrée sur la colline du Parlement, fermée à la circulation.

Devant la tour de la Paix, il s'est engouffré dans le parlement avec des policiers à ses trousses avant d'ouvrir le feu à l'intérieur. Le tireur a été abattu par le sergent d'armes Kevin Vickers au terme d'une intense fusillade dans les couloirs.

La police demande l'aide du public

La police d'Ottawa a demandé hier la collaboration des citoyens qui pourraient avoir plus d'informations sur les événements.

La GRC mène désormais l'enquête dans le cadre de son mandat d'assurer la sécurité nationale. La police d'Ottawa lui apporte son appui.


Fusillade à Ottawa


LIRE AUSSI

» Le Canada ne sera jamais intimidé, dit Stephen Harper

» Nathan Cirillo est le soldat réserviste tué au cénotaphe (PHOTOS)

» Attentat à Ottawa: un soldat tué, un suspect abattu (VIDÉOS/TWITTER)

» Fusillade: Obama est tenu au courant et s'est entretenu avec Harper

» Fusillade à Ottawa: Stephen Harper condamne une «attaque méprisable»

» Le sergent d'armes Kevin Vickers traité en héros après avoir abattu un tireur au parlement d'Ottawa

» Coups de feu à Ottawa: les médias du monde parlent de la chasse à l'homme (PHOTOS)

» Fusillade à Ottawa: Stephen Harper annule la cérémonie de citoyenneté de Malala Yousafzai

» Le film des événements de l'attentat à Ottawa

» La LNH a décidé de reporter le match entre les Maple Leafs et les Sénateurs


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter