DIVERTISSEMENT

Lancement réussi du recueil érotique «Nu», sous la direction de Stéphane Dompierre (ENTREVUE/ PHOTOS)

22/10/2014 04:31 EDT | Actualisé 22/10/2014 04:42 EDT
GHYSLAIN LAVOIE L1VISUEL

«Un glaçon entre les dents», «Dans ma face, mon amour», «La fente» ne sont que quelques-uns des titres des nouvelles érotiques qui se retrouvent dans Nu, recueil dirigé par l’écrivain, chroniqueur et scénariste Stéphane Dompierre. Le lancement, qui a eu lieu hier soir à La Champagnerie dans le Vieux-Port de Montréal, a attiré son lot de curieux.

C’est l’éditrice des Éditions Québec Amérique, Myriam Caron-Belzile, qui a pris la parole la première sous les exclamations de Patrick Sénécal: «À poil!», qui a provoqué les rires de l’assemblée: «Merci de venir fêter les pulsions primaires de nos auteurs! Ils ont eu envie de nous montrer toutes les cochonneries dont ils sont capables. Et aussi, nous prouver que ça peut être beau les cochonneries!»

Parce que loin d’être seul dans ce projet, Dompierre a regroupé 16 auteurs – dont lui-même -: Charles Bolduc, Marie-Hélène Poitras, Roxanne Bouchard, Guillaume Corbeil, Véronique Marcotte, Nancy B. Pilon, Isabelle Massé, Miléna Babin, Matthieu Simard, Eza Paventi, Patrick Senécal, Chloé Varin, Geneviève Janelle, Sophie Bienvenu et Guillaume Vigneault. Une belle brochette, n’est-ce pas?

«J’avais envie de lancer un défi à des auteurs. Il fallait des plumes affirmées. J’ai fait une liste de mes coups de cœur. C’est drôle, les filles ont sauté pieds joints dans l’aventure. Les gars avaient un peu plus peur!» (Rires)

Si se consacrer à la direction d’un recueil érotique peut être plaisant, il n’en reste pas moins que c’est tout un travail! «Je ne voulais vraiment pas que les textes aient l’air de sortir de vieux tiroirs. Bref, je voulais des textes impeccables, peu importe le genre.»

Méconnu, le genre érotique? «Moqué, plutôt. C’est souvent affilié à la quétainerie. C’est pour ça que je ne visais pas à récupérer un lectorat particulier: il est dispersé puisqu'il ne se fait pas beaucoup de littérature érotique au Québec. En fait, je crois que Nu est un bon exemple de la sexualité ici. On y retrouve la sensibilité québécoise. Les nouvelles ne parlent pas seulement de sexe: elles abordent aussi l’amour ou toutes sortes d'histoires riches.» Est-ce que Dompierre souhaite redonner ses lettres de noblesse à la littérature érotique, du moins, celle faite au Québec? «Pourquoi pas?»

En plus du lancement de Nu, Dompierre a déjà des projets en tête pour les prochains mois. Notamment, il compte nous offrir l'année prochaine le dernier volet de la trilogie Jeunauteur, qui abordera cette fois les hauts et les bats de la vie de couple. Mais pas n’importe quel couple: celui qui dure, qui évolue. Comment cheminer ensemble, à travers les envies de chacun? C’est ce que l’auteur tentera d’explorer.

Nu, recueil de nouvelles érotiques sous la direction de Stéphane Dompierre, Québec Amérique, octobre 2014

Lancement du recueil «Nu» - direction Stéphane Dompierre