NOUVELLES

Élections en Bosnie: avance aux nationalistes après 80 pour cent des votes

13/10/2014 04:07 EDT | Actualisé 12/12/2014 05:12 EST

SARAJEVO, Bosnie-Herzégovine - Les résultats préliminaires présentés par les autorités électorales de la Bosnie-Herzégovine lundi indiquent que les citoyens ont puni les partis qui ont dirigé le pays durant les quatre dernières années, marquées par la stagnation économique et l'agitation sociale.

Il demeure incertain si un changement aura lieu puisque la composition du pouvoir aux différents paliers de gouvernement dépendra de négociations de coalition complexes.

Les résultats des élections générales de dimanche démontrent que, malgré leur inquiétude face à un taux de chômage de 44 pour cent, les Bosniaques se trouvent toujours coincés dans des divisions nationalistes remontant à la guerre meurtrière du début des années 1990. Les trois groupes ethniques, les Bosniaques, les Serbes et les Croates, tendent à voter selon leur ligne sectaire.

Avec environ 80 pour cent des votes dépouillés, les Bosniaques ont élu le Parti de l'action démocratique, au détriment des sociaux-démocrates, qui avaient reçu la majorité des votes lors des précédentes élections.

Les Croates demeurent fidèles à leur parti, l'Union démocratique croate. Les Serbes semblaient également divisés entre deux options nationalistes: le parti conservateur de Milorad Dodik et leurs opposants plus centrés d'une coalition dirigée par le Parti démocratique serbe. Ce parti avait été fondé par l'ex-leader serbe Radovan Karadzic, qui est présentement jugé devant un tribunal de l'ONU pour crimes de guerre.

La Bosnie-Herzégovine se dispute depuis plus de 20 ans sur la composition du pays, à savoir si le territoire devrait être divisé entre les trois groupes ethniques ou s'il doit demeurer unifié.

La guerre de 1992 à 1995, basée sur ce conflit, s'est terminée avec un compromis: diviser le pays en deux régions autonomes, l'une pour les Serbes et l'autre pour les Croates et les Bosniaques. Ce dernier territoire est divisé en dix cantons. Le tout est relié par un gouvernement central.

Dans cette structure administrative complexe, les citoyens doivent voter pour une présidence tripartite. Les Serbes ont voté pour un président ou un parlement régional. Les Bosniaques et les Croates, qui représentent l'autre moitié de la population, ont élu des députés pour leur parlement régional et pour des parlements dans chaque canton.

Bakir Izetbegovic, le chef non officiel du Parti pour l'action démocratique, continuera d'occuper le siège présidentiel bosniaque. Son parti a aussi remporté plus de sièges dans le parlement d'État, qui était auparavant dominé par le parti social-démocrate. Dragan Covic, qui propose la séparation des fédérations bosniaques et croates, est en avance dans la course pour le siège croate. Son parti a aussi gardé ses sièges au parlement. Le chef du parti serbe sortant, Milorad Dodik, semble quant à lui avoir perdu son siège à la présidence aux mains du chef de l'opposition, Mladen Ivanic. Une coalition de l'opposition pourrait toutefois lui bloquer le passage.

M. Dodik a basé ses promesses électorales sur une sécession et l'appui de la Russie à cette démarche, tandis que ses opposants se sont concentrés sur la lutte contre la pauvreté et l'économie. Les Bosniaques et Croates sont aux prises avec leurs propres questions nationalistes, mais se concentrent davantage sur l'économie.

Quelque 3,3 millions d'électeurs ont été appelés aux urnes. La population est dirigée par 162 ministres.

PLUS:pc