NOUVELLES

Le Canadien Pacifique pourrait fusionner avec la compagnie ferroviaire américaine CSX

13/10/2014 06:27 EDT | Actualisé 13/10/2014 06:27 EDT
Rémi de Valenciennes/Flickr
Canadien Pacifique en gare de Banff

Le Canadien Pacifique a approché la compagnie ferroviaire américaine CSX en vue de créer un géant qui pèserait plus de 62 milliards de dollars en bourse, selon le Wall Street Journal.

Selon des sources proches du dossier, la direction de CSX serait toutefois réticente à l'égard du projet de fusion.

Le CP, qui vaut à lui seul plus de 32 milliards de dollars en bourse, dessert essentiellement des destinations canadiennes, alors que la société CSX, évaluée à près de 30 milliards, est présente dans l'est des États-Unis.

Le rapprochement intervient à un moment où l'industrie du rail rebondit en raison d'un boom des énergies non conventionnelles, dont le gaz et le pétrole de schiste. Les chemins de fer nord-américains sont en fait les principaux bénéficiaires du boom énergétique. Ils se sont imposés sur les territoires où l'on trouve des gisements, mais où des pipelines n'ont pu être construits, comme le Dakota du Nord, la Pennsylvanie, le New Jersey et la côte atlantique canadienne.

Dans le cas de CSX, ses rails parcourent le territoire allant des raffineries du Midwest américain jusqu'à la côte est, mais elle n'a pas directement accès aux gisements du Dakota du Nord, contrairement au CP. Un accord entre les deux compagnies pourrait aboutir à la création d'une société unique de chemin de fer en mesure de transporter le brut depuis les champs pétrolifères jusqu'aux raffineries du nord.

La fusion des deux entités profiterait notamment au milliardaire américain William Ackman, qui détient une participation importante dans le CP grâce à son fonds d'investissement Pershing Square.

Même si les deux compagnies souhaitent concrétiser le projet, d'importants obstacles pourraient néanmoins se dresser sur leur route. La Commission américaine du transport de surface (une division du Département des transports aux États-Unis) a pour habitude d'intervenir dans l'industrie.

En 2000, par exemple, une entente entre l'américaine Burlington Northern and Santa Fe (BNSF) et le CN, au Canada, avait été abandonnée devant la résistance opposée par la Commission.

Un pied au Québec pour CSX

La société américaine CSX a annoncé en 2013 la construction à Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie, d'un terminal intermodal pour les trains et les camions. L'investissement est évalué à 107 millions de dollars.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Électrification des transports à Montréal