NOUVELLES

Les Bosniens vont aux urnes pour tenter de démêler l'imbroglio politique

12/10/2014 10:57 EDT | Actualisé 12/12/2014 05:12 EST

SARAJEVO, Bosnie-Herzégovine - Les Bosniens votent dimanche dans le cadre d'élections générales qui démontreront si la population s'inquiète davantage du taux de chômage de 44 pour cent, ou se trouve toujours coincée dans des divisions nationalistes remontant à la guerre.

Le chef de la moitié serbe du pays a basé ses promesses électorales sur une sécession et l'appui de la Russie à cette démarche, tandis que ses opposants se sont concentrés sur la lutte contre la pauvreté et la corruption.

Les Bosniaques et Croates du pays, qui représentent l'autre moitié de la population, sont aux prises avec leurs propres questions nationalistes, mais se concentrent davantage sur l'économie.

Plusieurs habitants du pays croient toutefois qu'il sera difficile, pour quiconque, d'augmenter le niveau de vie et de créer des emplois. Au cours de deux décennies d'affrontements sur la question du nationalisme, le pays est devenu l'un des plus pauvres et des plus corrompus d'Europe, et les promesses brisées après six scrutins post-guerre ont fait croire à la population que les leaders ne s'intéressent pas vraiment à eux.

«Choisir quoi, au juste?, se demande Janko Milovanovic, 54 ans, un habitant de Banja Luka. C'est comme plonger la main dans un sac rempli de serpents et d'en attraper un gros ou un petit. Vous choisissez entre la mort dans une demi-heure ou dans une heure.»

Le vainqueur devra, au cours des quatre prochaines années, créer des emplois dans un pays aux prises avec l'une des bureaucraties les plus complexes de la planète.

Quelque 3,3 millions d'électeurs choisiront plus de 500 responsables, y compris une présidence et un parlement tripartite.

Le pays est divisé en deux régions administratives autonomes. Les électeurs de la Republika Srpska voteront également pour un président et un Parlement supplémentaire. Quant à la fédération croato-bosniaque, ils choisiront des législateurs pour leur parlement régional et pour les parlements de 10 cantons. Les résultats préliminaires sont attendus dans la nuit de dimanche à lundi.

La Constitution a créé plusieurs gouvernements à différents échelons, et dont les pouvoirs se recoupent. Un peu plus de quatre millions de personnes sont dirigées par 162 ministres — un pour chaque tranche de 26 000 citoyens. Cette structure était un compromis pour mettre fin à la guerre de 1992-1995 visant à déterminer si la Bosnie devait être divisée entre ses trois principaux groupes ou demeurer une entité complète.

Toutes les parties s'entendent sur la nécessité d'une réforme, mais les avis divergent sur la manière de procéder. Les leaders serbes de Bosnie disent vouloir un État indépendant. Les Bosniaques musulmans, qui forment la majorité de l'autre région, souhaitent un État plus centralisé. Quant aux Croates catholiques, ils désirent leur propre mini-État au sein du pays.

L'électeur moyen semble s'être lassé de décennies de discussions sur l'avenir politique du pays.

«Nous avons besoin de meilleurs régimes de retraite, que nos jeunes trouvent du travail, nous avons besoin de changements», lance Dubravka Duranovic, un enseignant de Sarajevo.

PLUS:pc