NOUVELLES

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ira à Gaza mardi

12/10/2014 11:46 EDT | Actualisé 12/10/2014 11:46 EDT
KHALED DESOUKI via Getty Images
United Nations Secretary General Ban Ki Moon speaks during a press conference at the Gaza Donor Conference in Cairo on October 12, 2014, aimed at helping the Gaza Strip pummelled by the 50-day war between Israel and Hamas militants earlier this year. Qatar promised $1 billion in reconstruction aid for Gaza at a donor conference in Cairo on Sunday, topping US and European pledges for the devastated Palestinian enclave. AFP PHOTO / KHALED DESOUKI (Photo credit should read KHALED DESOUKI/AFP/Getty Images)

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon se rendra mardi dans la bande de Gaza pour sa première visite sur place depuis la guerre de cet été, a-t-il annoncé dimanche au Caire lors d'une conférence pour la reconstruction du territoire.

Sa visite dans le territoire sera précédée la veille par des entretiens avec le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah en Cisjordanie lundi matin; et des entretiens avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin à Jérusalem lundi après-midi, ont indiqué les services officiels palestiniens et israéliens.

M. Ban se rendra dans les Territoires et en Israël en provenance du Caire où il aura participé dimanche à une conférence de donateurs en faveur de la bande de Gaza.

La communauté internationale était appelée à cette occasion à surmonter ses réticences vis-à-vis d'un territoire qui sort de sa troisième guerre en six ans, et à répondre à un appel à l'aide de quatre milliards de dollars de la part de l'Autorité palestinienne.

"Je vais visiter Gaza mardi pour écouter directement les gens de Gaza", a déclaré M. Ban lors d'une conférence de presse au Caire en marge de la conférence des donateurs.

L'ONU est un acteur majeur du territoire à travers différentes agences.

M. Ban arrivera dans la bande de Gaza quelques jours seulement après le retour dans le territoire d'un gouvernement d'union palestinien censé mettre fin à de longues années de conflits intrapalestiniens et à la domination exclusive du mouvement islamiste radical Hamas. M. Ban s'est dit "encouragé" par ce retour, dans son discours au Caire.

Mais sa visite en Cisjordanie, en Israël et à Gaza aura lieu au moment où les perspectives de résolution du conflit israélo-palestinien semblent très sombres, malgré des décennies d'efforts et après l'échec d'une nouvelle initiative américaine en avril.

La situation de Gaza ne peut être résolue sans règlement global, a-t-il dit en appelant Israéliens et Palestiniens à reprendre les discussions de paix.

"Ne perdons pas de vue les causes profondes des récentes hostilités: les contraintes imposées par une occupation (israélienne) de presque un demi-siècle, la dénégation persistante des droits des Palestiniens et l'absence de progrès tangibles des négociations de paix", a-t-il dit.

La paix passera par une levée complète du blocus imposé par Israël à la bande de Gaza, une sécurité garantie pour Israël et la coexistence de deux Etats israélien et palestinien, a encore dit M. Ban.

Avec les Israéliens, les entretiens se dérouleront dans un climat de tensions exacerbées par la dernière guerre.

Ban Ki-moon s'est indigné en termes très vifs cet été que trois écoles de l'ONU servant de refuges pour les déplacés aient été touchées par des frappes israéliennes qui ont fait des dizaines de morts. Israël a accusé les organisations onusiennes de ne pas dire toute la vérité sur l'utilisation par le Hamas de leurs infrastructures.

Le Premier ministre israélien a aussi accusé le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU de légitimer les organisations "terroristes" comme le Hamas, après l'annonce de la création d'une commission d'enquête sur la guerre.

L'ONU est par ailleurs le théâtre des efforts du président palestinien Mahmoud Abbas pour obtenir du Conseil de sécurité une résolution forçant la marche en avant vers une reconnaissance internationale de la Palestine.

En même temps, Israël coopère avec l'ONU: Israéliens et Palestiniens ont commencé à mettre en application avec l'ONU un mécanisme facilitant l'entrée de l'aide à la reconstruction dans la bande de Gaza.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Rayan*, 13, from Shejayia, stands in his destroyed school
    Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Jamal abd el Nasser school that was destroyed in the war in Shejaa’ya. It’s the only school in that area for the students.
    Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Anas Baba/Save the Children
  • Rayan collects some clothes from the remains of his destroyed house.
    Anas Baba/Save the Children
  • He eats breakfast in a relative's house in the neighborhood
    Anas Baba/Save the Children
  • Saleh*, a displaced child now living in a government-run school
    Anas Baba/Save the Children
  • Amira*, displaced child now living in a government run school
    Anas Baba/Save the Children
  • Ahmed*, toddler living in a government-run school
    Anas Baba/Save the Children