NOUVELLES

Otage français décapité: l'exécuteur identifié comme Bachir Kherza

11/10/2014 04:04 EDT | Actualisé 11/10/2014 04:05 EDT
Facebook

Bachir Kherza, présenté comme le "mufti" des jihadistes algériens de Jund Al-Khilafa, a été identifié comme l'exécuteur d'Hervé Gourdel, le Français enlevé et décapité en septembre par ce groupe qui a fait allégeance à l'organisation Etat islamique, indiquait samedi le quotidien algérien El-Watan.

Selon le quotidien francophone, qui ne cite pas les sources qui lui ont permis d'identifier l'auteur de l'égorgement du guide de haute montagne niçois de 55 ans, Bachir Kherza a à son actif de nombreux assassinats et attentats terroristes.

Ce quinquagénaire originaire du quartier de Bab El-Oued, à Alger, est en effet un vétéran des groupes armés islamistes actifs lors de la guerre civile des années 1990, qui a fait 200 000 morts en une décennie.

El Watan affirmait dès jeudi que l'armée algérienne avait identifié les cinq hommes ayant participé à l'exécution d'Hervé Gourdel, dont l'auteur de l'égorgement, mais sans encore donner son nom.

Le même jour, l'armée algérienne annonçait avoir détruit le campement ayant "servi d'abri" à Jund Al-Khilafa (les soldats du Califat) "lors de l'exécution de son acte abject", dans le cadre d'une "vaste opération de ratissage" menée dans le massif du Djurdjura (150 km au sud-est d'Alger), en Kabylie.

Lors de cette opération, les militaires algériens avaient également repéré le lieu du tournage de la vidéo dans laquelle Jund al-Khilafa avait proclamé son allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'EI.

El Watan indiquait toutefois samedi que, selon ses sources, il n'y avait aucun lien entre ce "groupe et Daech (acronyme arabe de l'EI, ndlr)" et que cette allégeance était juste "un tremplin pour apparaître sur la scène médiatique".

Les autorités algériennes poursuivent les recherches pour retrouver le corps d'Hervé Gourdel et mettre la main sur les responsables de son enlèvement et son assassinat, dont le chef du groupe, Abdelmalek Gouri, alias Khaled Abou Souleïmane, âgé de 34 ans.

Depuis la destruction du campement des jihadistes, l'armée algérienne a ainsi annoncé avoir tué huit islamistes armés dans des zones au sud de Lakhdaria, non loin du massif du Djurdjura

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Les otages français exécutes depuis cinq ans