NOUVELLES

Le match de dimanche à Seattle en dira beaucoup sur la valeur des Cowboys

11/10/2014 05:35 EDT | Actualisé 11/12/2014 05:12 EST

SEATTLE - Il ne faut pas en vouloir à Tony Romo de ne pas accentuer l'importance de la visite des Cowboys de Dallas au domicile des champions en titre du Super Bowl.

Avec le calendrier qui attend les hommes de Jason Garrett, incluant les trois matchs suivants à Dallas, le fait que les Cowboys puissent devenir la première équipe n'évoluant pas dans la section Ouest de l'Association nationale à triompher à Seattle, et ce depuis 2011, ne sera pas l'unique barème qui permettra d'évaluer le rendement de l'équipe à la fin de la saison.

Mais une victoire contre les Seahawks, dimanche, permettrait certainement de démontrer que leur fiche actuelle de 4-1 n'est pas de la frime, et que les Cowboys sont de sérieux aspirants dans l'Association nationale.

«Ils représentent un test de haut niveau et nous allons les affronter, a rappelé Romo. L'atmosphère sera fébrile et ce sera emballant de se rendre là-bas et de jouer contre eux.»

Peu d'observateurs prévoyaient un départ aussi convaincant de la part des Cowboys. Leurs quatre victoires consécutives se classent parmi les plus grandes surprises du début de saison dans la NFL.

Ils ont réussi le tour de force grâce aux courses du demi DeMarco Murray, qui est devenu le troisième porteur de ballon dans l'histoire du circuit — et le premier depuis 1975 — à amorcer une saison avec cinq matchs consécutifs au cours desquels il a amassé au moins 100 verges par la course.

Murray accumule les verges à un rythme record, mais il devra affronter la meilleure défensive de la NFL contre le jeu au sol. Murray totalise des gains de 670 verges après cinq rencontres, soit 210 de plus que le détenteur du deuxième rang. Mais s'il y a une crainte, c'est la surutilisation, car il a déjà porté le ballon 130 fois cette saison.

«Nous aimons lui remettre le ballon, et il réagit bien», a résumé l'entraîneur-chef des Cowboys, Jason Garrett.

Un autre duel intrigant est celui qui pourrait opposer l'ailier espacé Dez Bryant, des Cowboys, au demi de coin Richard Sherman.

Après la victoire des Seahawks contre Washington lundi soir, Sherman a montré qu'il avait peu de respect pour le receveur Pierre Garçon, disant de lui qu'il «n'avait pas d'importance». Mais l'opinion qu'il a de Bryant est totalement différente.

«Il fait partie de l'élite. Dez possède un talent incroyable, a affirmé Sherman. Sa feuille de route parle d'elle-même, bien sûr, mais il excelle pour se dégager de son couvreur et pour capter le ballon haut dans les airs.»

Cette année, Sherman a attiré l'attention en raison des décisions de certaines équipes d'éviter de le défier. C'est ce qui explique pourquoi un duel Bryant-Sherman pourrait être l'un des faits marquants du week-end. Mais Sherman n'est pas allé jusqu'à donner des indices sur la stratégie qu'il compte mettre en place pour arrêter le dangereux receveur des Cowboys.

«Je le montrerai mieux que je ne pourrais jamais l'expliquer», a-t-il lancé.

Les Seahawks (3-1) joueront leur seul match à domicile dans un intervalle de cinq semaines, à la suite de leur victoire de lundi soir — grâce à un peu de magie de Russell Wilson. Il semble d'ores et déjà assuré que Wilson trouvera le moyen de sortir un lapin d'un chapeau, et ce fut le cas contre Washington. Il est devenu le cinquième quart depuis 1970 à accumuler plus de 200 verges par la passe, avec un touché, et plus de 100 verges par la course, avec un touché là encore, lors d'une même rencontre.

«Je fais confiance à mon instinct. Je fais confiance aux joueurs qui travaillent pour moi sur la ligne offensive, a confié Wilson. Si un jeu planifié ne peut fonctionner, il faut donc en retirer un résultat positif, que ce soit en se débarrassant du ballon, en courant ou en atteignant un receveur sur un long jeu.»

Eux qui seront déjà préoccupés par Wilson, les Cowboys pourraient par ailleurs affronter les Seahawks sans le secondeur Rolando McClain, qui y est pour beaucoup dans les succès de l'unité défensive des Cowboys cette saison. La semaine dernière, les Texans de Houston ont profité de son absence en raison d'une blessure à l'aine pour inscrire dix points dans les trois dernières minutes du quatrième quart et pousser la rencontre en prolongation.

PLUS:pc