NOUVELLES

Les joueurs de l'Avalanche ont été durement ramenés sur terre par le Wild

10/10/2014 07:09 EDT | Actualisé 10/12/2014 05:12 EST

ENGLEWOOD, États-Unis - L'ego des joueurs de l'Avalanche du Colorado a été dégonflé après la dégelée subie lors du match d'ouverture, jeudi soir. Et ce n'est peut-être pas une mauvaise chose, en fait.

L'entraîneur-chef Patrick Roy se demande si les succès de l'équipe, l'an dernier, ont monté à la tête de ses joueurs, tout comme les prévisions des experts qui voyaient l'Avalanche parmi les favoris dans l'Association ouest avant le début de la saison.

Pendant le camp d'entraînement, les équipiers de Roy n'ont pas joué avec leur combativité habituelle. Cette attitude semble s'être transportée jusqu'à la rencontre inaugurale, où ils ont été dominés dans toutes les facettes du jeu par le Wild du Minnesota, en route vers un cinglant revers de 5-0.

Sur la patinoire samedi soir, Roy espère voir une équipe entièrement différente — une qui ressemblera à la troupe qui a remporté le championnat de la section Centrale l'an dernier — pour ce qui deviendra un match revanche contre le Wild, à Denver.

«Tout l'été, tout le monde disait à quel point nous étions fins, nous étions bons, nous étions spéciaux, à quel point ils étaient emballés par notre équipe et par rapport à cette saison, a ajouté Roy, dont les joueurs ont égalé un record d'équipe avec une récolte de 52 victoires en 2013-2014.

«Nous avons oublié à quel point nous avons travaillé, l'an dernier, pour être l'équipe que nous avons formé. C'est ce que nous devons faire. Le réveille-matin vient de sonner.»

Le Wild a amassé 48 tirs, une marque d'équipe, et a sorti du match le gardien Semyon Varlamov. Lorsqu'un journaliste lui a demandé si Varlamov serait de retour devant le filet samedi, Roy a rigolé. Pas parce que la prestation de son portier était risible, mais parce que Varlamov a été solide, en fait, malgré le score.

«C'est grâce à lui si la marque finale n'a été que de 5-0», a rétorqué l'ancien légendaire gardien de but.

Tout comme l'année dernière, Roy tente de maîtriser ses émotions. Pas de grandes manifestations de joie après d'importantes victoires et pas de crises de colère après une défaite comme celle de jeudi. L'Avalanche devait avoir congé de patinage vendredi, et Roy a respecté sa promesse. Les joueurs se sont entraînés en gymnase, ont examiné des vidéos et sont rentrés à la maison.

Toutefois, Roy va apporter des modifications à sa formation. Il va réunir Jarome Iginla avec Matt Duchene et Ryan O'Reilly sur un trio. La deuxième unité regroupera Alex Tanguay, Nathan MacKinnon et Gabriel Landeskog. Tout ça dans le but de créer des étincelles, comme Roy a cherché à le faire pendant le calendrier préparatoire, à l'issue duquel son équipe a présenté une fiche de 1-5-2.

«Ce n'est qu'un match, mais nous devons en tirer des leçons, a noté Roy. Nous ne pouvons l'écarter de notre esprit et dire 'OK, oublions le tout'».

PLUS:pc