NOUVELLES

Corée du Nord: Kim Jong-un ne participe pas aux festivités

10/10/2014 07:57 EDT | Actualisé 10/12/2014 05:12 EST

SÉOUL, Corée du Sud - Pour la première fois en trois ans, le leader nord-coréen Kim Jong-un s'est absenté vendredi des célébrations entourant la fondation du Parti du travail de Corée, ajoutant aux rumeurs qui circulent pour expliquer sa disparition de la scène publique depuis plus d'un mois.

La machine de propagande nord-coréenne a annoncé l'absence de Kim de manière opaque et détournée — son nom n'apparaissait pas sur la liste des dirigeants politiques et militaires qui ont participé aux cérémonies du 69e anniversaire de création du parti.

Plusieurs signes de son pouvoir étaient toutefois bien en évidence. Son nom ornait une gerbe de fleurs déposée au pied des statues de son père et de son grand-père, deux anciens dirigeants de la Corée du Nord, et un texte diffusé par la presse officielle lançait que la puissance du parti se renforce sous la gouverne expérimentée du maréchal Kim Jong-un.

Les médias officiels n'ont pas diffusé d'images de Kim, qui aurait 31 ans, depuis le 3 septembre, quand il a assisté à un concert. Il se déplaçait alors en boitant et semblait avoir pris du poids. Le mois dernier, un documentaire officiel affirmait qu'il était «indisposé», ce qui a mené la communauté internationale à croire qu'il est possiblement malade.

Les événements qui se produisent en Corée du Nord sont entourés d'une épaisse couche de mystère. Certaines informations portent à croire que Kim souffre de la goutte, du diabète ou d'un autre problème — mais simplement sur la base du documentaire ou de sources anonymes.

À Séoul, un porte-parole du ministère de l'Unification a déclaré vendredi que Kim semble toujours en contrôle du pays. De plus, le fait que les médias nord-coréens aient évoqué un «inconfort» signifie possiblement que ce qui l'afflige n'est pas grave. Ils n'ont jamais soufflé mot des problèmes de santé de son père, Kim Jong-il, et ont attendu deux jours avant d'annoncer son décès.

Lors d'une visite surprise le semaine dernière à l'occasion des cérémonies de clôture des Jeux asiatiques, à Incheon, trois dirigeants nord-coréens ont assuré à leurs homologues sud-coréens que Kim va bien.

L'absence de Kim aux cérémonies de vendredi n'est pas nécessairement anormale, puisque de tels anniversaires sont plus significatifs lors d'années qui font date et on s'attend à de grandes cérémonies l'an prochain, quand le parti célébrera ses 70 ans.

Kim a raté une assemblée du Parlement du pays à la fin du mois dernier, et il s'est absenté cette semaine d'une rencontre soulignant l'élection de feu son père à la tête du parti.

Contribuant à l'incertitude, Kim n'a pas été vu dans les médias nord-coréens accueillant les athlètes qui rentraient des Jeux asiatiques — même si ceux-ci ont eu droit à des grandes cérémonies et à une généreuse couverture médiatique.

Par ailleurs, les deux Corées se sont échangés des tirs, vendredi, après que le Nord ait ouvert le feu contre un ballon de propagande lancé par des militants depuis le Sud. Des balles de mitrailleuse lourde sont tombées sur le territoire du Sud, qui a répliqué. Les ballons lancés par les militants emportaient 20 000 pamphlets anti-Nord, 1000 billets de 1 $ US, 400 DVD et 300 clés USB de propagande.

PLUS:pc