NOUVELLES

Un accord encore bloqué serait précieux pour le Canada et le monde, dit l'OMC

09/10/2014 10:45 EDT | Actualisé 09/12/2014 05:12 EST

TORONTO - Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Roberto Azevedo, affirme que des pays membres, comme le Canada, ratent une belle occasion avec une entente mondiale bloquée qui stimulerait le commerce international.

M. Azevedo a affirmé que l'OMC avait fait des tentatives infructueuses pour finaliser un accord conclu l'an dernier par les pays membres, une entente visant à réduire les coûts des transactions internationales et à simplifier les procédures aux douanes.

En entrevue à La Presse Canadienne, jeudi, à Toronto, le directeur général de l'OMC a soutenu que les avancées dans certains secteurs n'avaient pas été suffisantes, et qu'il ne voyait pas pour l'instant de «lumière au bout du tunnel».

Les 159 membres de l'OMC ont signé une entente préliminaire en décembre 2013 à Bali, en Indonésie, mais n'ont pas été en mesure d'en venir à un consensus sur des enjeux comme l'agriculture, l'accès aux marchés et les services. L'Inde a retraité après avoir requis des exemptions en outre pour ses subventions aux fermiers.

L'échéancier de juillet pour finaliser l'accord est passé sans qu'il y ait eu de dénouement. Un comité de l'OMC se réunira à Genève la semaine prochaine pour tenter de trouver des moyens pour sauver l'entente, et M. Azevedo prendra part à des rencontres internationales à Washington après sa visite au Canada pour essayer de relancer les discussions. Mais le directeur général de l'OMC conserve peu d'espoir.

Si l'OMC ne peut pas ressusciter l'entente — appelée Accord sur la facilitation des échanges —, alors les économies comme celle du Canada rateront une belle occasion, fait-il valoir.

«Je crois qu'il y a là une perte sans équivoque pas seulement pour le Canada, mais pour l'économie mondiale dans son ensemble», a dit M. Azevedo, qui a rencontré le ministre du Commerce international, Ed Fast, à Ottawa, plus tôt dans la journée.

M. Fast lui a fait écho, disant jeudi par communiqué être déçu que l'entente ne soit pas encore en vigueur, ajoutant que particulièrement les petites et moyennes entreprises se voyaient renier des occasions importantes de croissance et de créations d'emplois.

PLUS:pc