NOUVELLES

Les frappes de la coalition à Kobani s'intensifient

09/10/2014 07:41 EDT | Actualisé 09/12/2014 05:12 EST

MURSITPINAR, Turquie - Les frappes de la coalition américaine contre les positions du groupe armé État islamique à Kobani, en Syrie, se sont intensifiées jeudi, selon ce qu'ont révélé des militants.

Les frappes survenues pendant la nuit et jeudi matin n'ont toutefois pas empêché les djihadistes de s'emparer d'un commissariat de police dans l'est de la ville, a dit l'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres.

Ce commissariat a plus tard été anéanti par des frappes aériennes.

Les combattants de l'organisation armée contrôlent maintenant le tiers de Kobani, a ajouté l'Observatoire.

Kobani se trouve sur la frontière entre la Syrie et la Turquie, et les Alliés tentent de convaincre Ankara de s'impliquer plus fortement dans la lutte contre le groupe État islamique. La Turquie a notamment été critiquée pour sa passivité pendant que ses chars sont déployés de l'autre côté de la frontière, tout juste en face de Kobani.

Irrité par de tels commentaires, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavusoglu, a déclaré jeudi qu'il est irréaliste de s'attendre à ce que la Turquie lance seule une offensive terrestre contre les djihadistes.

Il a fait ces commentaires lors d'une conférence de presse à Ankara en compagnie du nouveau secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, qui de son côté a admis qu'il n'existe pas de solution facile pour briser le siège de Kobani.

«(L'État islamique) représente une menace grave pour le peuple irakien, le peuple syrien, toute la région, et les membres de l'OTAN, a dit M. Stoltenberg. Il est donc important que toute la communauté internationale demeure unie pour cet effort à long terme.»

M. Çavusoglu a ajouté que la Turquie sera prête à jouer un rôle plus important après s'être entendue avec la coalition américaine. «La Turquie n'hésitera pas à faire sa part», a-t-il dit.

Un leader kurde local, Idriss Nassan, nie que les djihadistes contrôlent maintenant le tiers de Kobani. Il a aussi indiqué que les combattants kurdes ont repris plusieurs villes de la région jeudi.

M. Nassan et l'Observatoire rapportent plus de 20 frappes aériennes dans le secteur depuis mercredi après-midi.

Le chef de l'Observatoire, Rami Abdurrahman, fait état de plus de 500 morts autour de Kobani depuis le début des combats à la mi-septembre. Le groupe État islamique aurait aussi reçu des renforts depuis les villes de Jarablous et de Manbij, ainsi que de la province syrienne d'Alep.

PLUS:pc