NOUVELLES

Grâce à Tokarski et à Gallagher, le Canadien bat les Capitals en fusillade, 2-1

09/10/2014 10:28 EDT | Actualisé 09/12/2014 05:12 EST

WASHINGTON - Le Canadien en doit une à Dustin Tokarski.

Appelé à donner du répit à Carey Price dans le deuxième d'une séquence de quatre matchs à l'étranger, Tokarski a livré une solide performance, jeudi soir, et le Canadien a arraché une victoire de 2-1 en tirs de barrage face aux Capitals de Washington.

Le Canadien a ainsi gâché le match d'ouverture des Capitals, et le premier de leur nouvel entraîneur-chef Barry Trotz, qui s'est amené dans la capitale américaine après 15 années à la barre des Predators de Nashville.

Par ailleurs, c'est la première fois depuis 2009-2010 que le Canadien amorce sa saison en récoltant des victoires lors de deux matchs disputés à l'étranger.

Brendan Gallagher a mis fin au suspense en déjouant Braden Holtby lors de la cinquième ronde de tirs. Alex Galchenyuk et David Desharnais ont aussi trouvé le fond du filet pendant la fusillade, tandis que Tokarski cédait devant Nicklas Backstrom et Eric Fehr.

Tomas Plekanec, avec son troisième de la saison à mi-chemin de la troisième période, a marqué l'unique but du Canadien en temps réglementaire.

Mais la grande vedette aura été Tokarski, qui a fait face à 30 tirs, dont 15 en première période.

Les Capitals ont été particulièrement incisifs lors de la période initiale, durant laquelle ils ont marqué leur seul but, celui du jeune Andre Burakovsky. Il s'agissait de son premier en carrière, à son premier match dans le circuit Bettman. Mais pour le reste, Tokarski a été impeccable.

«C'est un petit gars qui a une force de caractère exceptionnelle, a loué l'entraîneur-chef Michel Therrien, en parlant de Tokarski, après la victoire. Encore une fois ce soir, sans sa prestation, surtout en première période, je pense qu'il n'y aurait pas eu de match. Il nous a permis de rester dans le match et il mérite amplement cette première victoire.»

À l'autre extrémité de la patinoire, Holtby a repoussé 23 rondelles.

Le Canadien (2-0) se dirige maintenant vers Philadelphie pour y affronter Claude Giroux et les Flyers, samedi soir. Il complétera son périple lundi soir, à Tampa Bay.

Laborieuse première

Si le Canadien avait été un peu timide en début de rencontre à Toronto, la veille, il a été carrément invisible en première période, n'obtenant que deux tirs vers Holtby.

Les Capitals ont été à ce point dominants qu'ils ont décoché les 14 premiers tirs du match contre un Tokarski abandonné à son sort, avant que Lars Eller ne réussisse le premier du Canadien avec un peu plus de deux minutes à jouer à la période, en avantage numérique.

Malgré ce barrage, le jeune gardien du Canadien n'a flanché qu'une seule fois, et il n'y pouvait absolument rien. Grâce à un échec-avant efficace profondément en zone du Canadien, Troy Brouwer a coupé une passe de P.K. Subban, avant de relayer la rondelle à Burakovsky. Posté dans l'enclave, l'attaquant recrue de 19 ans a décoché un puissant tir sur réception qui n'a donné aucune chance à Tokarski, à 6:43.

Peut-être stimulé par des changements de trios de Therrien — Brendan Gallagher a notamment rejoint Desharnais et Max Pacioretty sur la première unité — le Canadien a paru sous un jour beaucoup plus vigoureux au deuxième vingt, dans les deux sens de la patinoire, mais le score n'a pas bougé.

La défensive a été beaucoup plus étanche, n'allouant que sept tirs, dont un seul vraiment menaçant, et les attaquants ont créé quelques bonnes chances de marquer, la meilleure appartenant à Galchenyuk à mi-chemin de l'engagement. Mais Holtby a fermé la porte.

«En première période, on a joué comme un club qui est arrivé à 3 h du matin, c'est aussi simple que ça. Dans une situation comme ça, tu veux voir comment ton équipe à réagir. Tu peux t'enfarger, tu peux avoir une mauvaise période, mais tu veux voir comment ton équipe va réagir. Et nous avons réagi de la bonne manière. Je pense que nous avons joué avec beaucoup plus de hargne à partir de la deuxième période», a analysé Therrien.

En troisième période, le Canadien a cru avoir déjoué Holtby deux fois. D'abord, Pierre-Alexandre Parenteau s'est fait refuser un but, l'un des arbitres jugeant que Rene Bourque a gêné le travail de Holtby. Quelques minutes plus tard, Bourque a décoché un violent tir qui avait déjoué Holtby... et l'un des arbitres, qui avait signalé un but. Mais la reprise vidéo a clairement démontré que la frappe de Bourque avait donné contre le poteau à la gauche du gardien des Capitals.

Entre ces deux séquences, Plekanec a finalement battu Holtby d'un tir dans la partie supérieure, à 10:31, aidé de Galchenyuk et de Tom Gilbert. Un but qui, cette fois, n'a laissé aucun doute, et qui a pavé la voie à la période de prolongation.

PLUS:pc