NOUVELLES

Un juge approuve le plan de financement de la U.S. Steel

08/10/2014 06:29 EDT | Actualisé 08/12/2014 05:12 EST

Un juge a approuvé le plan de la U.S. Steel pour financer ses activités canadiennes pendant que l'ancienne Stelco tente de s'entendre sur un compromis avec ses créanciers, sous la supervision de la cour.

Les avocats du syndicat des Métallos ont indiqué qu'ils ne s'opposeront pas à ce plan. La société mère établie à Pittsburgh accordera un financement de débiteur en possession de ses biens d'environ 185 millions $ afin de permettre à sa division canadienne de poursuivre ses activités au cours de la prochaine année.

Certains qui, comme le gouvernement de l'Ontario, s'étaient opposés à une première version de la proposition, ont exprimé leur accord sur le plan amendé.

Selon le ministre des Finances de l'Ontario, Charles Sousa, ce plan permettra de «stabiliser l'entreprise au cours de sa restructuration et protégera les intérêts des employés, des retraités et de la province». Il a ajouté que la province continuera de collaborer avec toutes les parties impliquées dans la restructuration de l'entreprise pour trouver des solutions justes et équitables pour tous.

Les avocats de l'entreprise ont dit au juge qu'il est dans l'intérêt de tous que ce plan soit approuvé.

La U.S. Steel Canada a cumulé une perte d'exploitation d'environ 2,4 milliards $ depuis 2009 et s'est placée sous la protection de la cour contre ses créanciers le 16 septembre. L'entreprise a indiqué qu'elle poursuivrait normalement ses activités tout en préparant et en mettant en place un plan de restructuration en vertu du processus prévu par la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). Elle compte environ 2000 employés et plusieurs milliers de retraités.

Habituellement, une société protégée par la LACC tente d'obtenir des promesses de financement — un financement de débiteur en possession de ses biens — qui peut être utilisé pour payer les dépenses pendant le processus, qui peut s'étirer sur plusieurs mois, voire plusieurs années.

PLUS:pc