NOUVELLES

SNC Lavalin tempère les propos de son dirigeant sur un possible démantèlement

08/10/2014 05:32 EDT | Actualisé 08/10/2014 05:36 EDT
CP

SNC-Lavalin (TSX:SNC) affirme que son président et chef de la direction ne tentait pas d'intimider les autorités en évoquant le démantèlement ou la vente de l'entreprise si elle devait faire l'objet de sanctions en lien avec la corruption.

SNC-Lavalin (TSX:SNC) affirme que son président et chef de la direction ne tentait pas d'intimider les autorités en évoquant le démantèlement ou la vente de l'entreprise si elle devait faire l'objet de sanctions en lien avec la corruption.

Son vice-président marketing, stratégie et relations extérieures, Erik Ryan, a affirmé mercredi que la firme d'ingénierie n'avait aucunement l'intention de mettre fin à ses activités.

Dans une entrevue au Globe and Mail, Robert Card a suggéré que le dépôt d'accusations pourrait forcer le démantèlement ou la vente de la firme d'ingénierie à des intérêts étrangers, ce qui menacerait les quelque 5000 emplois de son siège social montréalais.

Selon M. Ryan, la réflexion du dirigeant de SNC-Lavalin est "purement spéculative" et elle ne correspond pas aux intentions réelles de l'entreprise québécoise.

Ce dernier a indiqué que la firme d'ingénierie n'avait pas été informée de quoi que ce soit par les autorités concernant le dépôt de possibles accusations criminelles qui pourraient l'empêcher de soumissionner sur des contrats publics.

Visée par des allégations de malversation au Canada, en Algérie, en Libye et au Bangladesh, SNC-Lavalin a vu sa réputation être sérieusement entachée depuis deux ans et plusieurs de ses anciens dirigeants ont été arrêtés.

Une enquête interne avait aussi mené à la démission de l'ex-président et chef de la direction Pierre Duhaime, maintenant accusé de fraude en lien avec un montant de 22,5 millions $ qui aurait été utilisé pour obtenir le contrat du Centre universitaire de santé McGill.

La semaine dernière, l'ancien vice-président Riadh Ben Aïssa a écopé d'une peine de trois ans de détention en Suisse pour des actes de corruption et de blanchiment, liés à des affaires conclues en Libye.

La commission Charbonneau en bref