NOUVELLES

Le TSX grimpe, rassuré par la Fed, malgré la pression à la baisse du pétrole

08/10/2014 05:44 EDT | Actualisé 08/12/2014 05:12 EST

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en hausse mercredi, les opérateurs s'étant montrés rassurés par les intentions de la Réserve fédérale des États-Unis quant à une éventuelle hausse de ses taux d'intérêt.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a ainsi effacé le recul de 137 points qu'il affichait plus tôt dans la journée, pour terminer la séance avec un gain de 90,02 points, à 14 666,47 points.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,54 cent US à 90,06 cents US.

Les marchés boursiers américains ont fortement avancé et le billet vert américain s'est affaibli après la publication du dernier procès-verbal de la banque centrale américaine, qui a révélé que les responsables de la Fed étaient d'accord pour dire qu'ils ne commenceraient à hausser les taux d'intérêt que lorsque certains indicateurs sur la santé de l'économie et l'inflation signaleraient que le moment est bon.

Le document sur la réunion du mois dernier souligne en outre que les membres de la Fed ne veulent plus établir de lien entre une éventuelle hausse des taux et une période de temps précise.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a bondi mercredi de 274,83 points à 16 994,22 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a gagné 33,79 points à 1968,89 points. Dans les deux cas, il s'agissait du meilleur gain quotidien affiché depuis le début de l'année. L'indice composé du Nasdaq a avancé de 83,39 points à 4468,59 points.

Plusieurs analystes s'attendent à ce que la Fed hausse ses taux vers la mi-2015, mais la publication de diverses données économiques plus positives que prévu aux États-Unis a convaincu certains d'entre eux que l'augmentation des taux pourrait survenir plus tôt.

Sur le TSX, les gains ont été limités par le secteur de l'énergie, qui a retraité de 0,9 pour cent, alors que le marché continuait de ressentir les effets de la double dose de signaux de faiblesse économique reçue mardi. Les plus récentes données sur le secteur industriel allemand permettent de croire que la plus grande économie de l'Europe ne rebondira peut-être pas comme prévu au troisième trimestre. En outre, le Fonds monétaire international a réduit ses perspectives pour la croissance économique mondiale de 2014 et 2015.

Ces inquiétudes se sont traduites par de nouvelles questions sur la demande pour le pétrole brut, particulièrement après la publication d'un rapport montrant que les réserves américaines de pétrole avaient grimpé de 5,1 millions de barils la semaine dernière. Les analystes ne misaient que sur une progression de 2,1 millions de barils.

Le cours du pétrole brut a ainsi plongé de 1,54 $ US à 87,31 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York, ce qui constitue un nouveau creux de 18 mois.

Le secteur aurifère du parquet torontois a été le plus vigoureux, et de loin, avec une croissance de 7,28 pour cent. Le prix du lingot d'or à New York a cependant diminué de 6,40 $ US à 1206 $ US l'once.

Le secteur des métaux de base a gagné 1,4 pour cent tandis que le cours du cuivre est resté inchangé à 3,01 $ US à New York.

Les actions du groupe de la finance ont avancé d'un pour cent dans l'ensemble.

Entre-temps, la nouvelle saison des résultats trimestriels d'entreprise a officieusement débuté après la fermeture des marchés, avec le dévoilement des résultats d'Alcoa. Le géant de l'aluminium a affiché un bénéfice ajusté de 31 cents US par action, alors que les analystes en attendaient un de 23 cents US. Les revenus de 6,24 milliards $ US ont aussi surpassé les attentes des spécialistes, qui visaient plutôt un chiffre d'affaires de 5,85 milliards $ US.

L'action d'Alcoa prenait environ 2,25 pour cent dans les transactions d'après-séance à la Bourse de New York.

PLUS:pc