NOUVELLES

Arrivée d'un autre superpétrolier: Sorel-Tracy écrit à Harper et Couillard

08/10/2014 09:40 EDT | Actualisé 08/10/2014 09:40 EDT
Spirous

Après le Minerva Gloria, un autre navire géant est en route vers le fleuve Saint-Laurent. Le Genmar Daphne devrait arriver à Sorel-Tracy le 12 octobre pour charger jusqu'à 100 000 tonnes de pétrole des sables bitumineux. C'est dans ce contexte que la ville de Sorel-Tracy a écrit hier à Stephen Harper et Philippe Couillard.

Un texte de Thomas Gerbet

Dans leur lettre à Ottawa et Québec, les élus de Sorel-Tracy rappellent que les services d'urgence de la Ville n'ont ni la formation, ni la capacité technique, ni les ressources financières nécessaires pour intervenir en cas de déversement de pétrole brut dans le fleuve et sur les rives.

« La norme pour la largeur des super pétroliers a été augmentée de 32 à 44 mètres de large » rappellent-ils dans la lettre, mais « les plans d'urgence actuels de toutes les instances gouvernementales sont non adaptées à cette nouvelle réalité en cas de déversement de pétrole dans le fleuve Saint-Laurent ». Radio-Canada révélait récemment que de 5 à 20 % d'hydrocarbures déversés seraient récupérables dans l'eau du fleuve.

« Comme la plupart des villes riveraines du Saint-Laurent, nos services d'urgence n'ont jamais été interpellés ou invités à agir sur le fleuve », explique Serge Péloquin, en entrevue. Son appel fait écho à celui du maire de L'Isle-aux-Coudres, en septembre. « On n'a pas de plan, il faut en mettre un en place », expliquait Dominic Tremblay.

La Ville de Sorel-Tracy demande, entre autres, au gouvernement fédéral « d'impliquer préalablement les municipalités riveraines du fleuve Saint-Laurent et le gouvernement du Québec de manière à communiquer rapidement et efficacement et de s'assurer que les plans d'urgence de ceux-ci demeurent à jour et assurer la formation nécessaire du personnel municipal ».

Le maire Serge Péloquin espère que d'autres municipalités enverront la même lettre à Stephen Harper et Philippe Couillard. Depuis le passage du premier navire chargé de pétrole des sables bitumineux début septembre, les gouvernements fédéral et provincial ont tenté de se faire rassurants en expliquant que des plans d'urgence existent. Mais ce n'est pas suffisant, selon le maire : « Ces mégapétroliers, surdimensionnés, on sait très bien qu'ils sont limites, très limites, pour circuler dans cette voie maritime, et ça, ça nous inquiète aussi ».

La Ville affirme avoir appris par surprise, en même temps que tout le monde que du pétrole des sables bitumineux circulait maintenant sur le fleuve pour être exporté.

« Que les gouvernements fédéral et provincial s'engagent à consulter les municipalités riveraines de toute modification à la réglementation concernant le transport des matières dangereuses sur le fleuve Saint-Laurent. »

— Extrait de la résolution du conseil de Sorel-Tracy envoyée aux premiers ministres

Comme dans le dossier des trains à la suite de la catastrophe de Lac-Mégantic, les élus de Sorel-Tracy réclament de connaître la liste des produits liquides contenus dans les navires-citernes. « Connaître leur composition et leur comportement en cas de déversement », ajoute la lettre.

Sorel-Tracy s'inquiète particulièrement pour la réserve mondiale de la biosphère du lac-Saint-Pierre, reconnue par l'UNESCO. Des citoyens prévoient manifester vêtus de noir le 26 octobre.

Résolution - transport matières dangereuses fleuve.docx

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines