NOUVELLES

L'après-carrière est bien entamée pour l'ex-bosseur Alexandre Bilodeau

07/10/2014 03:01 EDT | Actualisé 07/12/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Alexandre Bilodeau a officialisé ce que tout le monde savait déjà depuis un certain temps: il ne sera plus jamais inscrit à une compétition de ski acrobatique. Mais comme lorsqu'il était athlète, Bilodeau a des objectifs très élevés et il prend tous les moyens pour les atteindre.

Étudiant à l'école de gestion John-Molson de l'université Concordia, Bilodeau a dévoilé les premières étapes de sa «vie civile», mardi, en annonçant un partenariat avec la firme comptable KPMG, commanditaire de longue date du double médaillé d'or olympique. Bilodeau deviendra un ambassadeur de la firme, mais il y suivra également ses stages professionnels, lui qui désire devenir comptable professionnel agréé.

Si certains athlètes ont de la difficulté à faire la transition entre leur vie sportive et leur deuxième carrière, Bilodeau s'est assuré qu'elle se passe en douceur.

«J'ai tellement hâte de relever de nouveaux défis; j'avais besoin de ça, a-t-il déclaré. Tout ce qui s'en vient sera nouveau et j'ai beaucoup d'objectifs. Je n'ai pas de difficulté à croire que pour certains athlètes, cette transition puisse être difficile, mais moi, ça fait longtemps que je place mes pions. Très longtemps. Avant même de commencer à parler de ma retraite après 2014 j'avais même pensé me retirer après 2010, mais j'aurais terminé ma carrière avec des regrets , j'avais un plan en tête. J'ai même pris une année sabbatique (en 2011-12) afin de commencer à planifier mon après-carrière.

«J'avais des objectifs déjà pré-établis. Je pense que c'est la clé pour connaître du succès dans ton après-carrière: en tant qu'athlètes, on carbure aux défis. Quand tu termines (ta carrière sportive), si tu n'as pas d'objectifs précis, je crois vraiment que ça va être difficile.»

L'association avec KPMG était naturelle: Bilodeau a en quelque sorte grandi dans les bureaux montréalais de la firme, y passant des journées entières en compagnie de son père, Serge, qui y est associé senior. Cette proximité des dernières années a permis au Rosemérois de se familiariser avec le personnel en place, dont plusieurs ont exprimé le souhait de lui servir de mentor dans sa vie professionnelle. Mais il a écouté toutes les offres qui lui ont été présentées.

«J'ai rencontré plusieurs firmes depuis la fin de la dernière saison. À un moment donné, je me suis assis avec mon père et je lui ai dit que je n'irais pas chez KPMG seulement pour aller chez KPMG ou parce qu'il est là. Je voulais aller là où je me sentirais le mieux. Je voulais travailler pour une compagnie qui a la même vision. Au bout du compte, je me suis rendu compte que j'ai passé ma jeunesse ici. Je connais beaucoup d'associés. Les liens étaient faciles à tisser. Je fais déjà partie de la famille depuis plusieurs années.»

Et contrairement à ce que certains pourraient croire, la présence de son père au sein de l'entreprise ne lui rendra pas nécessairement la vie plus facile.

«Je veux que rien ne me soit donné, martèle-t-il. De toute façon, KPMG est une compagnie internationale sérieuse. Elle n'est pas là pour me faire des cadeaux.»

À moyen terme, l'ex-skieur de 27 ans, qui s'est marié à sa conjointe des quatre dernières années, Sabrina Gauthier-Bizier, l'été dernier, se concentrera sur l'obtention de son baccalauréat et de son titre de comptable professionnel agréé (CPA). Il souhaiterait ensuite faire carrière dans le domaine.

Pas de carrière sportive

Se disant trop impatient pour entraîner d'autres athlètes, Bilodeau ne compte pas s'impliquer de près dans le ski acrobatique, sauf pour aider les athlètes d'un point de vue administratif. Son implication sportive passera pour l'instant par les Jeux du Québec, à titre de président du conseil d'administration de la 51e finale de la compétition, qui sera disputée à Montréal, en 2016.

«Pour être honnête, je ne m'ennuie même pas du ski en ce moment, a-t-il dit. Je vais peut-être suivre la prochaine saison du coin de l'oeil, mais sans plus.»

Après avoir pris le 11e rang aux Jeux de Turin, Bilodeau est devenu à Vancouver, en 2010, le premier Canadien à remporter une médaille d'or olympique en sol canadien quand il a enlevé l'épreuve des bosses devant l'Australien Dale Begg-Smith et l'Américain Bryon Wilson. Quatre ans plus tard, à Sotchi, en Russie, il est devenu le premier skieur acrobatique à remporter pour une deuxième fois un titre olympique quand il a devancé son compatriote Mikaël Kingsbury et le Russe Aleksandr Smyshlyaev.

Triple champion du monde de bosses en paralèlle, Bilodeau a terminé deuxième des bosses aux Mondiaux de 2011 et 2013. Il a terminé 48 fois sur le podium du circuit de la Coupe du monde, dont 19 fois sur la plus haute marche, et il a mis la main sur le globe de cristal des bosses et du classement général en 2009.

PLUS:pc