NOUVELLES

L'appel d'offres pour la construction du stade olympique de Tokyo est relancé

07/10/2014 04:45 EDT | Actualisé 07/12/2014 05:12 EST

TOKYO - Une nouvelle ronde du processus d'appel d'offres pour la construction du stade de Tokyo qui accueillera les Jeux olympiques de 2020 retardera la mise en chantier du projet.

Certaines offres ont été étudiées par quelqu'un au sein du comité décisionnel avant qu'elles ne soient toutes déposées, ce qui enfreint le règlement, a révélé le dirigeant du Conseil sportif du Japon (CSJ), Takayuki Ito, mardi.

La nouvelle ronde du processus d'appel d'offres sera lancée ce mois-ci. Il a toutefois indiqué que la construction du nouveau stade sera accélérée, et que le stade rencontrera les échéanciers de mars 2019.

«Nous devons réformer tout le processus de planification du stade olympique», a-t-il admis, reconnaissant du même souffle qu'il existait beaucoup trop de problèmes.

Ito a refusé de dire qui avait enfreint le règlement, mais a laissé entendre que c'était une erreur, et non un acte délibéré.

Les plans du stade, dessinés par le prestigieux architecte britanno-irakien Zaha Hadid, ont été torpillés par des problèmes, notamment par les plaintes de certains architectes de renom qui considèrent que le design est trop imposant et somptueux.

Le stade de 80 000 places au look futuriste, qui doit remplacer le Stade national, devait coûter environ 1,3 milliard $, mais l'estimé a rapidement gonflé à plus du double. Le coût de construction devrait être revu à la baisse.

De nombreux autres problèmes ont aussi été relevés dans l'appel d'offres.

Lors de l'appel d'offres initial, annoncé en mars, toutes les propositions avaient dépassé les coûts envisagés et avaient été rejetées en mai. En juin, certaines offres étaient en deçà du prix minimum établi. Un mois plus tard, des accusations de collusion ont été lancées. Mais une enquête à l'interne en juillet et août n'a démontré aucune preuve de collusion, a assuré le CSJ par voie de communiqué le mois dernier.

Ito a nié tout scandale à la suite du refus de l'offre minimale déposée auprès des autorités, précisant qu'elle ne rencontrait tout simplement pas les critères de l'appel d'offres.

La démolition de l'ancien stade commencera au milieu du mois de décembre, soit deux mois plus tard que prévu.

PLUS:pc