NOUVELLES

Conservatoire: le président du c.a. et le dg démissionnent

07/10/2014 01:49 EDT | Actualisé 07/12/2014 05:12 EST

QUÉBEC - Le directeur général et le président du conseil d'administration du Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec ont démissionné de leur poste.

La ministre de la Culture, Hélène David a déclaré mardi que Jean-Luc Bastien a annoncé sa décision de quitter ses fonctions la semaine dernière, quatre mois après sa nomination par la ministre.

"Il a travaillé dans des circonstances assez difficiles, c'est un déficit important, a-t-elle dit. Quand on arrive comme président dans un conseil d'administration, il y a des gens déjà établis là et il a fait, je pense, le maximum qu'il pouvait faire."

Joint au téléphone, mardi, M. Bastien a refusé de discuter du mandat qui lui avait été confié ou des raisons qui ont mené à sa démission.

"Tout ce que je peux vous dire, c'est que je vous confirme que j'ai remis ma démission à la ministre, de ma propre initiative, et je ne vous ferai pas d'autres commentaires que ça", a-t-il dit.

Le directeur général Nicolas Desjardins a annoncé son départ mardi après-midi, a indiqué une porte-parole du conservatoire, Nancy Bélanger.

L'identité du successeur de M. Desjardins n'est pas encore connue, a affirmé Mme Bélanger.

"On ne sait pas qui va le remplacer ni ce que M. Desjardins va faire", a-t-elle dit.

En avant-midi, mardi, Mme David a affirmé qu'elle était sans nouvelles de M. Desjardins, lorsqu'interrogée sur les perspectives d'avenir du directeur général.

La ministre a rencontré la semaine dernière M. Desjardins ainsi que M. Bastien, peu après avoir reçu un plan pour effacer les déficits cumulés de 14 millions $ du conservatoire.

Mardi, Mme David n'a pas voulu dire si elle était à l'aise de continuer à travailler avec M. Desjardins, qui relève du conseil d'administration.

La ministre veut rencontrer le jeudi 9 octobre les administrateurs et souhaitait notamment discuter de M. Desjardins.

"Nous verrons à ce moment-là, a-t-elle dit. Il est nommé par le conseil d'administration, alors j'aurai la discussion avec le conseil d'administration avant."

Mme David s'est défendue d'avoir désavoué M. Bastien, la semaine dernière, en rejetant un plan de retour à l'équilibre budgétaire qui proposait de cesser l'enseignement de la musique en région.

"Pas du tout, pas du tout, il a travaillé dans les mesures avec lesquelles lui pensait être le mieux avec un conseil d'administration, avec un directeur général", a-t-elle dit.

La semaine dernière, après avoir exclu l'hypothèse de cesser l'enseignement en région, Mme David a appris la décision de M. Bastien, lors d'une rencontre à laquelle le directeur général du conservatoire, Nicolas Desjardins, a également participé.

"À la fin de la rencontre, juste entre nous, il m'a annoncé qu'il préférait quitter ses fonctions, a-t-elle dit. Il avait fait son travail et de toute évidence, le contenu du rapport, il a bien senti que ce n'était pas une recommandation que j'allais retenir."

Mme David a rappelé vendredi que le plan proposé pour assainir les finances des conservatoires, regroupés au sein d'une société d'État, était contraire à leur loi constitutive qui oblige l'exploitation d'établissements d'enseignement dans les régions du Québec.

Pour l'instant, le vice-président du conseil d'administration remplace M. Bastien.

La députée péquiste Véronique Hivon, porte-parole en matière de culture, a estimé que la réaction de Mme David au plan avait miné la crédibilité de M. Bastien.

"C'était un désaveu, a-t-elle dit. Évidemment, la question qui se pose, c'est: quel est le mandat qu'elle avait donné à ce nouveau président, qu'elle a nommé pas plus tard qu'au mois de juin, en lui disant qu'elle avait toute sa confiance, qu'il était la personne toute désignée pour pouvoir faire des recommandations pour redresser la situation?"

PLUS:pc