POLITIQUE

Régis Labeaume salue les amendements au projet de loi 3

06/10/2014 01:28 EDT | Actualisé 06/10/2014 01:29 EDT
PC

Le maire de Québec, Régis Labeaume, qualifie de « sensés et raisonnables » les amendements apportés la semaine dernière par le ministre des Affaires municipales au projet de loi 3 sur les régimes de retraite des employés municipaux.

En point de presse ce matin, le maire Labeaume a tenu à remercier le gouvernement d'avoir « conservé le cœur du projet de loi 3 » et de ne pas reculer devant les pressions exercées par les syndicats.

« C'est une très, très grande victoire pour les payeurs de taxes, les contribuables et spécialement pour la classe moyenne qui travaille fort et qui, pour deux tiers d'entre eux, n'ont pas de régime de retraite », a lancé le maire.

Le maire salue en particulier l'amendement déposé au projet de loi qui prévoit le partage des déficits passés à parts égales entre les Villes et les employés municipaux.

Régis Labeaume dit par ailleurs comprendre et accepter la décision du ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, d'accorder aux retraités un sursis de deux ans avant que ne puisse être levée l'indexation automatique de leur rente. Selon le maire, ce sursis coûtera à la Ville de Québec 11 millions de dollars par année.

« Le ministre Moreau n'est pas un "crosseur" » - Régis Labeaume

Régis Labeaume en a profité pour défendre bec et ongle le ministre des Affaires municipales, attaqué personnellement par certaines organisations syndicales. Le maire a notamment fait référence à la sortie du président du syndicat des cols blancs de la ville de Québec, la semaine dernière.

« Je veux leur dire que le ministre Moreau n'est pas un "crosseur", que les élus ne sont pas des voleurs et des bandits comme l'ont prétendu certains chefs syndicaux. Nous sommes des élus municipaux que les injustices révoltent et nous travaillons pour ceux et celles qui nous ont élus. »

Régis Labeaume affirme que la Ville ne se laissera pas intimider par les menaces de perturbations lancées par les organisations syndicales et entend continuer d'appuyer le gouvernement dans ce dossier.

Il souhaite maintenant que les élus de l'Assemblée nationale votent la loi le plus rapidement possible afin que les négociations puissent être amorcées.

Si la loi est adoptée, les six groupes de syndiqués de la Ville de Québec seront en négociations en février 2015.

Perturbations à prévoir

Les syndiqués municipaux, qui estiment que les amendements sont insuffisants, ont pour leur part annoncé leur intention de perturber les activités des membres du gouvernement Couillard tout l'automne.

À Québec, les chauffeurs du Réseau de transport de la capitale portent quant à eux aujourd'hui un t-shirt rouge pour dénoncer le projet de loi sur les régimes de retraite, qui sera étudié cette semaine à l'Assemblée nationale.

Les régimes de retraite en bref

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter