NOUVELLES

Les pertes civiles sont passées sous silence par le gouvernement Harper

06/10/2014 05:39 EDT | Actualisé 06/12/2014 05:12 EST

OTTAWA - Certains éléments clés de la prochaine participation canadienne à la guerre contre le groupe État islamique, notamment la question des pertes civiles, demeurent nébuleux pour les parlementaires et la population.

La Chambre des communes s'apprête à approuver l'envoi de six chasseurs-bombardiers, de deux appareils de patrouille CP-140 et d'un avion de ravitaillement qui seront déployés en Irak pour une période allant jusqu'à six mois.

Un porte-parole du Pentagone, le vice-amiral John Kirby, a déclaré à des journalistes, à Washington, que les combattants du groupe État islamique se cachaient parmi la population civile, contraignant la coalition à changer ses tactiques. «Avant le début des frappes aériennes, ils avaient toute latitude. Ils ne l'ont plus car nous les observons des hautes altitudes», a-t-il déclaré.

Le gouvernement Harper est demeuré muet sur les précautions qui seront prises pour éviter la mort de civils innocents au cours de la campagne aérienne lors des débats de lundi.

Le ministre de la Défense, Rob Nicholson, s'est contenté de dire que les forces aériennes «satisferont aux plus hautes exigences».

Quelle entente juridique a été conclue pour permettre aux aviateurs canadiens d'échapper à d'éventuelles accusations d'avoir pris des civils comme cibles? Une porte-parole du ministre, Johanna Quinney, n'a pu donner qu'une vague assurance à ce sujet: les forces aériennes sont «autorisées à frapper le groupe État islamique dans la république de l'Irak».

«Les conservateurs ont tout fait pour étouffer un débat informé», a déclaré le chef du NPD, Thomas Mulcair, dépité.

Les frappes aériennes — et les pertes qu'elles ont causées au sein de la population civiles — ont été un facteur déterminant dans la résistance de plusieurs Afghans contre les forces de l'OTAN installées dans leur pays. La colère était si grande que le commandement américain avait dû imposer des limites à l'utilisation des frappes aériennes dans ce pays.

La chef du Parti Vert, Elizabeth May, a mis en doute l'efficacité des frappes aériennes. Elle a cité le témoignage des combattants kurdes affirmant qu'elles n'ont pu ralentir l'avance du groupe État islamique. «Ils (les combattants de l'ÉI) s'éparpillent et se regroupent après le passage des appareils», a déclaré Mme May qui a demandé des preuves de l'efficacité des bombardements.

Le ministre Nicholson et le ministère ont refusé de dire de quelle base aérienne — Bagotville ou Cold Lake, en Alberta? — proviendront les appareils de la mission canadienne.

Le gouvernement conservateur refuse aussi de dire si les avions seront stationnés au Moyen-Orient. La Grande-Bretagne a déjà affirmé que ses chasseurs Tornado GR4 seront stationnés sur l'île de Chypre.

M. Nicholson n'a pu fournir un estimé sur le coût du déploiement. Les Américains ont reconnu que la campagne aérienne leur avait déjà coûté près d'un milliard de dollars. À titre de comparaison, la participation canadienne à la campagne aérienne contre la Libye, en 2011, avec une force similaire, avait coûté 350 millions $.

Selon le porte-parole libéral en matière d'affaires étrangères, Marc Garneau, le gouvernement n'est pas parvenu à défendre la participation canadienne. «Le premier ministre nous fait franchir le Rubicon en décidant de faire participer le pays à une mission de combat. Quand un pays prend cette décision, il ne peut plus revenir en arrière.»

PLUS:pc