NOUVELLES

Le Nobel de médecine va aux chercheurs qui ont découvert le «GPS interne»

06/10/2014 05:52 EDT | Actualisé 06/12/2014 05:12 EST

STOCKHOLM - Le prix Nobel de médecine a été décerné, lundi à Stockholm, au chercheur américano-britannique John O'Keefe et au couple norvégien May-Britt Moser et Edvard Moser, pour la découverte de cellules qui constituent un système de positionnement dans le cerveau.

Ce «GPS interne» permet d'expliquer comment le cerveau crée une carte de l'espace qui nous entoure et comment nous pouvons naviguer à travers un environnement complexe.

Leur travail représente un changement fondamental en neuroscience, qui pourrait servir dans la recherche sur la perte de mémoire spatiale associée à la maladie d'Alzheimer, a noté l'Assemblée des prix Nobel.

John O'Keefe, 75 ans, du University College de Londres, a obtenu un doctorat de l'Université McGill, à Montréal, en 1967. Il a isolé la première composante du système en 1971, en découvrant sur des rats qu'un certain type de cellule nerveuse de l'hippocampe (une partie du cerveau impliquée dans la navigation spatiale) était toujours activée lorsque l'individu se trouvait à un certain endroit dans une pièce. Il a démontré que ces «cellules de lieu» construisaient une carte de l'environnement, et qu'elles ne faisaient pas que repérer des indices visuels.

En 2005, 34 ans plus tard, May-Britt Moser (51 ans) et Edvard Moser (52 ans), des neuroscientifiques de l'université norvégienne de science et technologie de Trondheim, ont identifié les «cellules de grille», dans le cortex entorhinal, qui génèrent un système coordonné de positionnement et de navigation précis.

C'est le quatrième prix Nobel qu'un couple marié se partage, le second en médecine.

Ces découvertes ont marqué un point tournant dans la compréhension du fonctionnement des cellules spécialisées dans l'accomplissement de tâches cognitives complexes. Elles ont ouvert de nouvelles avenues dans la recherche sur les fonctions cognitives, telles que la mémoire, la pensée et la planification.

«Grâce à nos cellules de lieu et de grille, nous n'avons pas à nous promener avec une carte pour retrouver notre chemin chaque fois que nous visitons une ville, car cette carte est dans notre tête», a illustré Juleen Zierath, la présidente du comité du prix de médecine.

Les trois récipiendaires avaient aussi reçu le prix Louisa Gross Horwitz de l'université Colombia, l'an dernier. Ils se partageront le prix en argent d'environ un millions $ US.

«C'est fou», a lâché Mme Moser en entrevue téléphonique.

Son mari n'a pas appris la bonne nouvelle en même temps qu'elle, puisqu'il prenait l'avion pour Munich, pour aller présenter leurs recherches.

M. O'Keefe aussi a eu la nouvelle en atterrissant à Munich, lorsqu'il a ouvert son téléphone cellulaire et vu un déferlement de courriels et de messages textes.

«Je ne savais rien. Lorsque je suis débarqué de l'avion, un représentant m'attendait avec un bouquet de fleurs et m'a dit: 'Félicitations pour le prix'», a-t-il raconté à l'agence de nouvelles norvégienne NTB.

Les prix Nobel de physique, chimie, littérature et de la paix seront annoncés plus tard cette semaine et celui d'économie, lundi prochain.

L'an dernier, le prix de médecine a été décerné à des chercheurs qui ont découvert comment les cellules transportent les substances chimiques, un procédé impliqué dans la communication intercellulaire et dans la libération de l'insuline.

PLUS:pc