NOUVELLES

Francis Bouillon accepte la décision du Canadien avec beaucoup de sérénité

06/10/2014 12:03 EDT | Actualisé 06/12/2014 05:12 EST

BROSSARD, Qc - Francis Bouillon a accepté la décision du Canadien de mettre fin à leur association de 11 saisons avec beaucoup de sérénité. Le vétéran défenseur a confié avoir eu une rencontre émotive avec l'entraîneur Michel Therrien et le directeur général Marc Bergevin, lundi matin. Mais rien n'a paru en présence des journalistes.

«C'est sûr qu'il y a de la déception et beaucoup d'émotion, mais je me sens bien et je n'ai aucun regret, a affirmé Bouillon, qui s'était présenté au camp de l'équipe à titre d'invité. Je me suis donné une dernière chance et je suis fier de ce que j'ai accompli.»

Bouillon a vu peu d'action dans les matchs préparatoires, ne prenant part qu'à celui présenté à Québec, parce que les dirigeants voulaient voir à l'oeuvre les jeunes Jarred Tinordi et Nathan Beaulieu. Au final, il s'est fait tasser par les deux jeunes qui vont amorcer la saison chez le CH.

«Je comprends la situation, a-t-il continué. La question était de savoir si on garderait un vétéran comme septième défenseur. Je me disais que c'était 50-50. Mais on a choisi d'y aller avec deux excellents jeunes qui sont voués à un bel avenir.

«C'est la roue qui tourne, a-t-il repris. J'ai tassé des vétérans à mes débuts dans la Ligue nationale. Je me fais maintenant tasser. Au moins, les jeunes sont reconnaissants de l'aide que je leur ai apportée au cours des dernières saisons. Ils m'ont remercié ce matin, et ça m'a touché droit au coeur.»

Chez les joueurs, on a tous déploré le départ d'un bon vétéran, d'un gars d'équipe et d'une excellente personne.

Bergevin a avoué que la décision de rompre les liens avec Bouillon a été difficile à prendre, «mais la bonne pour l'organisation».

«J'en ai rêvé la nuit dernière en pensant à la façon que je lui annoncerais la nouvelle», a confié le directeur général.

On peut imaginer combien Therrien a été déchiré, lui qui a dirigé Bouillon pour la première fois dans les rangs juniors, à Granby.

Bouillon, qui fêtera son 39e anniversaire de naissance le 17 octobre, a affirmé que l'organisation l'aura traité avec classe jusqu'à la toute fin.

En Suisse?

Le vétéran défenseur veut continuer de jouer, et tout indique qu'il le fera en Suisse. Au début du camp d'entraînement, il avait laissé savoir qu'une des équipes suisses qui l'avaient contacté était prête à patienter jusqu'en octobre.

«À partir d'aujourd'hui, je vais vérifier avec mon agent si les possibilités que j'avais existent encore. Je tourne la page avec le Canadien, mais j'irai partout ailleurs dans la Ligue nationale si on me fait signe.»

Pour ce qui est de l'Europe, il y pense depuis qu'il est âgé de 20 ans. Après avoir gagné la Coupe Memorial à sa dernière année chez les juniors, il se disait que son avenir serait là-bas.

«Je suis resté et j'ai mangé mon pain noir. Ç'a été difficile par moments, mais j'ai joué dans la Ligue nationale le plus longtemps que j'ai pu. J'ai surpris bien des gens et je me suis surpris moi-même.»

La décision de s'expatrier sera prise en famille puisqu'elle implique un déracinement important pour ses jumeaux qui viennent d'entrer au secondaire.

Bouillon a relaté qu'il conservera comme plus beau souvenir son premier match dans l'uniforme du Tricolore en 1999, face aux Maple Leafs de Toronto.

«Je ne m'attendais pas de commencer la saison à Montréal. L'entraîneur Alain Vigneault m'avait fait confiance et Réjean Houle était le directeur général. Toutes ces années passées chez le Canadien resteront gravées à jamais dans ma mémoire. J'ai réalisé un rêve en jouant pour le Canadien. Un rêve que peu de jeunes ont la chance d'atteindre», a-t-il résumé, en remerciant les partisans pour leur soutien.

«Je suis un Canadien pour toujours, peu importe ce qui va se passer», a-t-il conclu.

Sans faire de promesse, Bergevin s'est dit intéressé à rapatrier Bouillon au sein de l'organisation une fois sa carrière terminée.

«'Frankie' vient au sommet de la liste des joueurs qui possèdent une grande force de caractère. C'est une personne extraordinaire. Je tendrai l'oreille s'il manifeste le désir d'occuper un poste.»

En 776 matchs dans la LNH, incluant 195 dans l'uniforme des Predators de Nashville, Bouillon a récolté 149 points, incluant 32 buts, en plus d'ajouter 11 points (4-7) en 55 matchs éliminatoires. La saison dernière, Bouillon a marqué deux filets et amassé quatre aides en 52 rencontres, en plus d'obtenir deux buts en neuf rencontres des séries.

PLUS:pc