NOUVELLES

Des résidents près de la frontière se voient imposer des frais d'itinérance

06/10/2014 05:59 EDT | Actualisé 06/12/2014 05:12 EST

REGINA - Les utilisateurs de téléphonie cellulaire habitant près de la frontière avec les États-Unis paient des frais d'itinérance supplémentaires en raison des interférences avec les signaux américains, selon un groupe de protection des consommateurs.

Selon l'Association des consommateurs du Canada, les fournisseurs de téléphonie cellulaire de partout au pays éprouvent ces problèmes. Certains Canadiens se plaignent même de ces coûts depuis une dizaine d'année.

Son président, Bruce Cran, a précisé que ces complications étaient répandues dans des régions près des frontières, qui ont généralement des équipements plus anciens ou inadéquats pour de tels services.

M. Cran a lui-même été confronté à cette situation à Delta, au sud de Vancouver, en Colombie-Britannique. Il recevait fréquemment des messages textes qui lui souhaitaient la bienvenue aux États-Unis, alors qu'il était dans son salon.

Il y a une période où il devait appeler la compagnie Rogers Communications chaque mois pour dénoncer ces frais supplémentaires.

Une femme originaire de la Saskatchewan a été facturée pour des frais d'itinérance internationaux pour son dispositif mobile d'Internet sans fil, qui n'a pourtant pas quitté son domicile, à Alameda, près de la frontière du Dakota du Nord.

Kimberley Dietze a affirmé à la radio CJME qu'elle avait reçu un message automatique de SaskTel lui informant qu'elle avait dépassé ses données d'itinérance.

M. Cran estime que les compagnies de téléphonie cellulaire devraient s'occuper immédiatement de ces problèmes techniques pour leurs clients.

Il s'agit d'une question qui préoccupe les communautés rurales de la Saskatchewan depuis longtemps, selon la porte-parole de SaskTel. Darcee MacFarlane croit que la compagnie ne peut pas vraiment remédier au problème, qui peut être causé par la température, le lieu et même le type de dispositif utilisé par les clients.

Les tours de téléphonie cellulaire couvrent généralement un rayon de 30 kilomètres, ce qui peut entraîner de l'interférence avec les signaux aux États-Unis, a ajouté Mme MacFarlane.

La plupart du temps, SaskTel ne rembourse pas les frais encourus, puisque les clients sont informés du risque lorsqu'ils signent un contrat de téléphonie cellulaire, a indiqué la porte-parole.

PLUS:pc