NOUVELLES

Le groupe État islamique continue d'affaiblir Kobani

05/10/2014 11:15 EDT | Actualisé 05/12/2014 05:12 EST

Les militants du groupe État islamique (ÉI) ont poursuivi leur lancée sur Kobani jusqu'en banlieue et dans les villages avoisinants, bombardant la ville syrienne près de la frontière avec la Turquie, une offensive qui a donné du fil à retordre aux milices kurdes.

Cette offensive a déjà poussé 160 000 personnes à fuir en Turquie voisine depuis quelques semaines, soit la plus grande vague de migrants depuis le début du conflit civil en Syrie.

L'organisation extrémiste continue d'avancer malgré les frappes aériennes menées par les États-Unis et ses alliés. Au cours de la nuit dernière, ces frappes ont touché des repaires djihadistes autour de Kobani, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

L'armée américaine a rapporté que des avions de combat ont mené deux opérations au nord-ouest de la ville de Raqqa, touchant une importante unité du groupe ÉI et détruisant six postes de tirs. Le communiqué ne précise pas l'endroit exact, mais Kobani se trouve au nord-ouest de Raqqa.

Selon l'Observatoire, les opérations aériennes ainsi que de violents affrontements au sol ont tué 16 combattants. Au moins 11 membres de milices kurdes ont aussi été tués.

Dimanche, toujours selon l'Observatoire, les extrémistes se sont postés à leurs positions à l'est, à l'ouest et au sud de Kobani, et ont bombardé la ville, employant des roquettes, des mortiers et des obus de chars d'assaut. Le contrôle d'une colline stratégiquement située, au sud de la ville, faisait aussi l'objet de combats.

Le tonnerre provoqué par les combats pouvait être entendu depuis le côté turc de la frontière, d'où l'on pouvait aussi voir d'épais panaches de fumée noire au-dessus de Kobani.

Les affrontements en Syrie débordent parfois en Turquie. Dimanche, un obus tiré du côté syrien a touché une maison dans le village turc de Buyuk Kendirci. Quatre personnes ont été blessées, dont un enfant de cinq ans, selon un membre de la famille. Deux villages près de la frontière étaient évacués.

Exécutions en Irak

Par ailleurs, des militants du groupe ÉI en Irak ont exécuté en public six soldats irakiens capturés dans la province d'Anbar, où les extrémistes continuent aussi d'avancer malgré les frappes aériennes américaines.

Les exécutions ont eu lieu dans la ville de Hit, à environ 140 kilomètres à l'ouest de la capitale, Bagdad, prise par les combattants de l'organisation ÉI, jeudi soir.

Les soldats irakiens ont été alignés contre un mur avant d'être tirés à la tête, ont rapporté des résidents de la ville, qui se sont exprimés sous le couvert de l'anonymat, par peur pour leur propre sécurité. Une station de police de Hit a aussi été bombardée.

PLUS:pc