NOUVELLES

La filiale de WestJet Encore met de la pression sur le marché aérien canadien

05/10/2014 12:10 EDT | Actualisé 05/12/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - La filiale Encore de WestJet pousse le marché aérien canadien à être plus concurrentiel alors qu'elle se prépare à élargir son offre d'itinéraires.

Lancé il y a plus d'un an, le transporteur aérien basé à Calgary espère doubler sa flotte de 14 avions turbopropulseurs Q400 de Bombardier d'ici 2016.

Il bonifie aussi son offre, actuellement de quelque 100 vols quotidiens vers 18 destinations, surtout dans l'ouest du Canada. Un trajet a récemment été ajouté entre Thunder Bay et Toronto. Un service reliant Québec, Montréal, Ottawa, Frederiction et des destinations américaines, à partir des deux côtés du Canada, devraient être ajoutées d'ici 2016.

Encore vise ultimement à augmenter sa part du marché régional canadien à plus de 40 pour cent. La compagnie a refusé d'indiquer quelle part elle détient présentement, mais soutient qu'elle «libère les Canadiens des coûts élevés» de voyages en avion et qu'elle réveille la compétition.

Cette expansion risque de mettre de la pression sur les autres transporteurs aériens du pays, Air Canada (TSX:AC.B) et sa filiale Jazz en tête.

Le président d'Air Canada, Calin Rovinescu, a récemment affirmé que l'impact d'Encore serait minime, mais que les réseaux régionaux doivent être plus concurrentiels en baissant leurs coûts. Jazz a déployé des Q400 dans quelques villes de l'ouest du Canada, afin d'augmenter son offre.

La stratégie d'Encore est de viser des marchés d'au moins 100 000 personnes et d'attirer la moitié vers le réseau international de WestJet, qui opère des appareils plus gros. Le président, Ferio Pugliese, a rapporté que le trafic de passagers dans des endroits comme Nanaimo et Terrace, en Colombie-Britannique, a augmenté de 30 à 50 pour cent depuis qu'Encore est entré en service, avec une réduction des coûts de 30 à 40 pour cent. À Fort St. John, dans la même province, le traffic a quadruplé depuis l'arrivée d'Encore, alors que les coûts ont baissé de 60 à 80 pour cent.

Selon l'analyste Robert Kokonis, l'impact d'Encore sur les prix sera de plus en plus grand à mesure qu'il bonifiera son offre, mais cela nuira à des compagnies comme Porter.

Porter Airlines, basé à Toronto, prévoit aussi augmenter son offre.

Selon M. Kokonis, Air Canada s'adapte à la concurrence en grossissant son partenariat avec Sky Regional, qui assure surtout la liaison entre Toronto et Montréal, pour pousser Jazz à baisser les coûts.

Le président de la société mère de Jazz, Chorus Aviation (TSX:CHR.B), Joseph Randell, a affirmé que la pression poussant la compagnie à réduire ses coûts était bel et bien perceptible, et qu'elle allait le faire, notamment en proposant aux employés des programmes de départ volontaire, pour remplacer les pilotes plus anciens et mieux payés. Il assure toutefois ne pas vouloir baisser les salaires des pilotes, plus élevés chez Jazz que dans les autres jeunes compagnies.

PLUS:pc