NOUVELLES

Syrie: al-Assad apparaît en public pour prier alors que la guerre fait rage

04/10/2014 02:52 EDT | Actualisé 04/12/2014 05:12 EST

BEYROUTH - Le président syrien Bachar al-Assad a effectué une rare apparition en public, samedi, en participant à une séance de prière dans une mosquée de la capitale, Damas, quelques heures après que la coalition américaine eut effectué de nouvelles frappes aériennes contre des combattants du groupe État islamique en Syrie.

Ces bombardements ont visé, vendredi soir, les positions des intégristes dans la ville Shaddadeh (est), un fief de l'EI dans la province syrienne de Hassakeh (nord-est), selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Les attaques ont entraîné des pertes de vies humaines, poursuivent les militants, dont jusqu'à 30 combattants islamistes. Il s'agit de la première frappe contre cette ville depuis le début de la campagne aérienne en Syrie, il y a près de deux semaines. Washington n'a pas immédiatement confirmé le bombardement.

Le 23 septembre, les États-Unis, en compagnie de cinq alliés arabes, ont lancé une campagne aérienne contre l'EI, dans le but de faire reculer, et éventuellement détruire le groupe extrémiste, qui s'est taillé un proto-État s'étendant des deux côtés de la frontière syrio-irakienne. Les obscurantistes ont aussi massacré des troupes syriennes et irakiennes, des minorités terrorisées dans les deux pays, et ont décapité deux journalistes américains et deux travailleurs humanitaires britanniques.

Une trentaine d'explosions ont été entendues dans Shaddadeh et autour de la ville, vendredi soir, selon des sources faisant état de bombardements contre plusieurs bâtiments occupés par des combattants de l'État islamique.

Au dire de l'Observatoire syrien des droits de l'homme, toutes les victimes au sein de l'EI étaient des combattants étrangers.

Pendant ce temps, les violents combats se sont poursuivis dans les faubourgs de Kobané, sur la frontière entre la Syrie et la Turquie, où les intégristes tentent de prendre la ville afin d'établir un corridor entre leurs positions dans la province syrienne d'Alep et leur fief de Raqqa à l'est.

À travers la frontière, en Turquie, il était possible d'entendre les tirs de mitrailleuse lourde. Impossible, pour l'instant, de savoir si les intégristes étaient entrés dans la ville elle-même, qui est défendue par des miliciens kurdes.

Plus tôt, vendredi, la coalition a lancé des frappes près de Kobané, tuant au moins cinq membres du groupe obscurantiste, selon l'Observatoire.

Du côté de la Turquie, un groupe d'environ 200 militants ont marché vers la frontière syrienne, samedi, scandant des slogans en appui aux Kurdes de Kobané. Des troupes turques ont stoppé le groupe à environ 50 mètres de la frontière, puis ont tiré des gaz lacrymogènes pour les disperser.

De son côté, la télévision d'État syrienne a présenté des images d'al-Assad alors qu'il priait dans une mosquée damascène, en compagnie de responsables gouvernementaux.

PLUS:pc