NOUVELLES

Ebola: le malade américain se trouverait dans un état critique, dit l'hôpital

04/10/2014 03:58 EDT | Actualisé 04/12/2014 05:12 EST

DALLAS - L'état de santé du seul patient souffrant d'Ebola aux États-Unis s'est aggravé et l'homme repose maintenant dans un état critique, ont annoncé samedi les responsables de l'hôpital de Dallas où il est soigné.

Les autorités du Texas Health Presbyterian Hospital, où se trouve Thomas Eric Duncan, n'ont fourni aucune autre information au sujet de son état de santé et Candace White, une porte-parole de l'établissement, n'a pas répondu aux courriels et appels téléphoniques. Les responsables avaient préalablement fait savoir que M. Duncan avait été placé en isolement et que son état de santé était considéré comme grave, mais stable.

Le mois dernier, M. Duncan a effectué en voyage entre le Libéria, une zone ravagée par Ebola, et Dallas avant de commencer à ressentir des symptômes de la maladie quelques jours après son arrivée à Dallas, le 20 septembre.

Après une première visite au département d'urgence du Texas Health Presbyterian Hospital, il s'est fait dire qu'il pouvait rentrer à la maison, même s'il avait avisé une infirmière qu'il était allé en Afrique de l'Ouest, où la maladie fait des ravages. Il est retourné à l'hôpital deux jours plus tard, dimanche dernier, et a été gardé en isolement depuis.

Des responsables de la santé publique ont déclaré samedi qu'ils surveillaient environ 50 personnes qui pourraient avoir été en contact avec M. Duncan, dont neuf pourraient avoir des risques plus élevés d'avoir contracté la maladie. Jusqu'à maintenant, aucune d'entre elles n'a montré de symptômes.

Ce groupe englobe des gens qui ont emprunté l'ambulance qui avait servi à transporter M. Duncan à l'hôpital dimanche dernier, a confié le docteur Tom Frieden, directeur des Centres pour la prévention et le contrôle des maladies (CPCM).

Vendredi, une équipe de spécialistes a décontaminé l'appartement de Dallas où se trouvait M. Duncan lorsqu'il est tombé malade. La famille qui y vivait a été transférée dans une résidence privée dans une communauté fermée, où leur état de santé fait l'objet d'une surveillance assidue.

PLUS:pc