NOUVELLES

Un hélicoptère militaire irakien abattu par le groupe armé État islamique

03/10/2014 02:32 EDT | Actualisé 03/12/2014 05:12 EST

BAGDAD - Un hélicoptère militaire irakien a été abattu par un tir de roquette du groupe armé État islamique (ÉI) vendredi, dans le nord du pays, selon les autorités.

Le pilote et son copilote sont morts dans l'écrasement de l'appareil Mi-35, ont indiqué des sources anonymes du ministère de la Défense et des forces aériennes irakiennes.

L'hélicoptère a été touché près de Beiji, une ville à 200 kilomètres au nord de Bagdad qui abrite la plus grosse raffinerie de pétrole du pays.

Cette attaque montre la capacité des extrémistes de l'ÉI à lutter contre les raids aériens, ce qui pourrait mettre en danger l'efficacité des attaques aériennes de la coalition internationale menée par États-Unis.

Le Commandement central américain a d'ailleurs rapporté que des avions de guerre américains avaient bombardé les villes de Sinjar et Falloujah entre jeudi et vendredi.

Les militants islamistes ont pris le contrôle de plusieurs villes de l'ouest et du nord de l'Irak depuis le début de l'année, provoquant des divisions dans l'armée du pays et des tensions entre les différentes communautés musulmanes.

Lorsque le groupe armé a conquis Mossoul en juin, la deuxième plus grande ville du pays, l'armée irakienne s'est effondrée. Les combattants islamistes en ont profité pour voler des chars d'assaut et d'autres équipements militaires.

Le premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé qu'il allait restructurer son armée, qui protégera les citoyens sans verser dans le sectarisme, selon lui.

La défense nationale devrait être un modèle de «pureté et de patriotisme», a plaidé vendredi l'ayatollah chiite Ali al-Sistani, cité par son porte-parole, Abdul Mehdi Karbalaie.

«Il doit y avoir une sélection minutieuse quant au sectarisme et à l'ethnicité (...) au sein de l'armée pour ne pas que certains membres viennent à penser qu'ils doivent défendre certaines communautés», a ajouté l'ayatollah Al-Sistani.

Le gouvernement irakien a formé son cabinet le 8 septembre, à l'exception des ministres de la Défense et de l'Intérieur, puisque aucun candidat n'a pu faire consensus auprès des législateurs.

Il est pressant de trouver des ministres pour ces postes critiques, a souligné l'ayatollah Al-Sistani.

PLUS:pc