NOUVELLES

Trois enfants sont testés pour l'entérovirus D68 à Toronto

03/10/2014 02:42 EDT | Actualisé 03/12/2014 05:12 EST

TORONTO - Trois enfants souffrant de faiblesses musculaires subissent des tests à Toronto pour déterminer s'ils ont été infectés par l'entérovirus D68.

Les résultats devraient être dévoilés au début de la semaine prochaine, a indiqué le docteur Upton Allen, chef du service des maladies infectieuses à l'Hôpital pour enfants malades de Toronto.

«Deux choses sont évaluées (...) Premièrement, les maladies des enfants sont-elles reliées à une infection? Et deuxièmement, s'il s'agit vraiment d'une infection, est-ce lié à l'entérovirus D68?», a-t-il expliqué.

Il est encore trop tôt pour conclure que les trois enfants sont porteurs de la même souche du virus, a ajouté le médecin.

Des dizaines de cas d'enfants infectés ont été confirmés dans l'ouest et le centre du pays. L'entérovirus D68 occasionne des symptômes semblables au rhume, comme la fièvre et le nez qui coule.

La maladie a toutefois entraîné des complications chez certains enfants en Ontario et en Colombie-Britannique, qui ont développé des symptômes similaires à ceux de la poliomyélite.

En Colombie-Britannique, un enfant âgé entre cinq et dix ans souffre d'une faiblesse dans un bras qui ne s'améliore pas depuis un mois. L'autre cas est un adolescent, âgé de 15 à 20 ans, qui éprouve aussi des faiblesses musculaires dans un bras, en plus d'avoir de la difficulté à respirer. Il a besoin d'une assistance respiratoire.

Ces deux cas ne sont pas liés, selon les autorités médicales de la province.

Un autre jeune patient qui a éprouvé des malaises neurologiques semblables à la polio subit actuellement des tests à Hamilton pour savoir si l'entérovirus D68 est en cause. Deux autres cas qui étaient aussi à l'étude à Hamilton se sont révélés négatifs.

En Alberta, quatre enfants qui souffrent de difficultés respiratoires et de symptômes de paralysie sont aussi examinés par les médecins.

Les États-Unis sont aussi confrontés à des éclosions sporadiques de l'entérovirus D68. Les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont alerté les professionnels de la santé après qu'une fillette de 10 ans a succombé à une infection rare liée au virus, la semaine dernière, au Rhode Island.

Il n'est toutefois pas certain que la souche de l'entérovirus soit la même au Canada et aux États-Unis. Il existe plus de 100 types d'entérovirus, dont la virulence varie.

La plupart des enfants s'en remettent en quelques jours, selon le docteur Allen. Toutefois, si leur état ne s'améliore pas, il est important de consulter un médecin, souligne-t-il.

Les enfants qui ont des problèmes d'asthme et des conditions respiratoires particulières sont vulnérables, a-t-il ajouté.

«Des études sont encore effectuées, nous n'avons pas les réponses encore (...) Pas juste ici, mais partout en Amérique du Nord», a-t-il résumé.

PLUS:pc