NOUVELLES

Obama critiqué par son ancien secrétaire à la Défense sur le conflit syrien

03/10/2014 04:10 EDT | Actualisé 03/12/2014 05:12 EST

WASHINGTON - L'ancien secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, critique le président Barack Obama pour avoir changé d'idée sur une intervention militaire américaine en Syrie après que les forces gouvernementales eurent utilisé des armes chimiques.

La volte-face de M. Obama a porté atteinte à la crédibilité des États-Unis et envoyé un mauvais message aux autres pays, écrit M. Panetta dans son nouveau livre, qui a été consulté avant sa sortie par l'Associated Press.

En août 2012, le président américain avait affirmé qu'il considérerait une intervention militaire en Syrie si le gouvernement de Bachar el-Assad franchissait la «ligne rouge» en utilisant des armes chimiques.

Le président El-Assad a finalement utilisé ces armes, tuant des centaines de civils. M. Obama a alors annoncé qu'il allait consulter le Congrès avant de procéder à des raids aériens en Syrie.

Le président a «vacillé» en déléguant la tâche au Congrès, affirme M. Panetta. Il savait très bien que les deux chambres, qui étaient fortement divisées, n'en viendraient pas à un accord, selon l'ancien secrétaire.

M. Panetta a par ailleurs reproché à son ancien patron sa décision de retirer les troupes américaines d'Irak, en 2011. Il croit que les États-Unis auraient dû laisser des soldats sur place pour entraîner les forces irakiennes.

«Ma crainte était que si le pays se divisait et redevenait violent (...) il allait devenir un refuge pour les terroristes qui veulent attaquer les États-Unis», explique-t-il dans son livre.

M. Panetta a aussi sévèrement blâmé l'ancien premier ministre irakien Nouri al-Maliki pour avoir, selon lui, aggravé les divisions religieuses dans le pays.

La Maison-Blanche n'a pas immédiatement répondu à ces critiques d'un des anciens membres du cabinet.

Le vice-président Joe Biden a toutefois minimisé les propos de M. Panetta. «Les anciens membres de l'administration, aussitôt qu'ils partent, écrivent des livres et je trouve cela inapproprié (...) Laissez-lui au moins le temps de quitter son poste», a-t-il déploré.

L'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton avait elle aussi exposé ses divergences d'opinion avec le président Obama, notamment sur la Syrie, dans ses mémoires publiés plus tôt cette année.

PLUS:pc