NOUVELLES

L'ONU condamne la supposée décapitation comme odieuse et lâche

03/10/2014 04:30 EDT | Actualisé 03/12/2014 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - Le Conseil de sécurité des Nations Unies condamne vivement une nouvelle vidéo qui montre supposément un militant du groupe armé État islamique décapiter l'otage britannique Alan Henning, qualifiant la mise à mort de «meurtre odieux et lâche».

La déclaration affirme que la vidéo «illustre à nouveau la brutalité» du groupe armé. Les membres du Conseil de sécurité ajoutent que ses actes continus de barbarisme «ne les intimident pas mais renforce plutôt leur détermination».

Le Conseil demande la libération immédiate, sûre et sans condition de tous les otages détenus par le groupe État islamique, le front al-Nosra les autres groupes associés à Al-Quaïda.

La présidente actuelle du Conseil, l'ambassadrice d'Argentine Maria Cristina Perceval, a lu la déclaration aux journalistes tard vendredi.

Elle n'a pas mentionné si les Nations Unies avaient authentifié la vidéo et n'a pas répondu aux questions.

«Quel monde», a-t-elle dit avant de lire la déclaration du Conseil.

La réponse rapide du Conseil de sécurité, quelques heures à peine après la diffusion de la vidéo, reflète l'inquiétude croissante de la communauté internationale suite à une récente série de décapitations et une préoccupation particulière envers le meurtre d'un travailleur humanitaire.

«Ce crime est un rappel tragique des dangers auxquels font face chaque jour les travailleurs humanitaires en Syrie», était-il écrit dans la déclaration.

La vidéo en question ressemble à d'autres vidéos de décapitation tournées par les djihadistes, qui occupent un vaste territoire de part et d'autre de la frontière entre la Syrie et l'Irak­. Il s'agirait de la quatrième exécution du genre perpétrée par les intégristes, qui sont désormais visés par des frappes aériennes menées par une coalition internationale sous direction américaine.

La séquence prend fin alors qu'un intégriste menace un homme présenté comme un Américain, un dénommé Peter Kassig.

Deux responsables américains ont confirmé, sous le couvert de l'anonymat, que Peter Kassig était bel et bien détenu par le groupe. Ils n'ont pas donné plus de détails.

L'Associated Press n'a pas été en mesure de vérifier immédiatement l'authenticité de la vidéo, bien que celle-ci ait été publiée de la même manière que d'autres vidéos du groupe extrémiste. Le combattant s'exprimant dans la vidéo ressemble à l'autre individu déjà aperçu précédemment, et qui avait procédé à la décapitation des autres otages.

Dans une déclaration transmise par communiqué, le Foreign Office a dit travailler à l'authentification de la vidéo. «Si celle-ci est véridique, il s'agit d'un autre meurtre répugnant. Nous offrons tout l'appui possible à la famille, qui a demandé à être laissée tranquille pour l'instant.»

Londres soutient les efforts militaires américains contre l'ÉI en utilisant ses troupes pour offrir de l'aide en termes de logistique et de collecte de renseignement, en plus de participer à des frappes aériennes en Irak.

M. Henning, âgé de 47 ans, avait rejoint un convoi d'aide humanitaire et a été capturé le 26 décembre, peu après avoir franchi la frontière entre la Turquie et la Syrie. Plus tôt cette semaine, l'épouse de M. Henning, Barbara, avait demandé aux intégristes de le relâcher. Sa libération était également réclamée par des dizaines de leaders musulmans au Royaume-Uni.

Mohammed Shafiq, président de la fondation Ramadhan, un organisme caritatif musulman, a parlé de M. Henning comme d'un «héros britannique».

D'autres Occidentaux seraient otages de l'ÉI. Vendredi, le père de John Cantlie, un photographe britannique détenu par les obscurantistes, a appelé à sa libération dans une vidéo, affirmant que son fils était un ami de la Syrie.

PLUS:pc