NOUVELLES

L'Ontario s'objecte à certains aspects du plan de financement de U.S. Steel

03/10/2014 02:13 EDT | Actualisé 03/12/2014 05:12 EST

TORONTO - Le gouvernement de l'Ontario a exprimé certaines réserves au sujet de la façon dont U.S. Steel propose de financer sa division canadienne pendant que l'ancienne Stelco tente de s'entendre sur un compromis avec ses créanciers, sous la supervision de la cour.

Le ministre ontarien des Finances, Charles Sousa, affirme que la province a déposé une objection à la cour pour protéger les intérêts du gouvernement, ainsi que ceux des travailleurs ontariens du producteur d'acier et d'autres détenteurs de participation.

Le gouvernement s'est dit préoccupé par certaines des conditions attachées au financement temporaire d'environ 185 millions $ allongé par U.S. Steel, établie à Pittsburgh, qui pourraient avoir un impact négatif sur les employés et retraités de sa division canadienne.

U.S. Steel Canada, dont les activités sont situées à Nanticoke et à Hamilton, a une capacité de production d'environ 2,6 millions de tonnes d'acier par année. Elle emploie environ 2000 personnes et compte des milliers de retraités.

La société a déjà indiqué qu'elle espérait avoir vendu ses deux propriétés d'ici octobre prochain. Le processus de vente pour l'installation Hamilton Works, qui a été fermée de façon permanente en décembre 2013 et était inactive depuis la fin 2010, pourrait débuter d'ici quelques mois. Celui pour Lake Erie Works, son installation de Nanticoke, devrait commencer en mars.

U.S. Steel Canada a cumulé une perte d'exploitation d'environ 2,4 milliards $ depuis 2009 et s'est placée sous la protection de la cour contre ses créanciers le 16 septembre.

La province de l'Ontario est l'un de ses créanciers depuis qu'elle a accepté de lui prêter 150 millions $.

U.S. Steel Canada a indiqué qu'elle poursuivrait normalement ses activités tout en préparant et en mettant en place un plan de restructuration en vertu du processus prévu par la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC).

Habituellement, une société protégée par la LACC tente d'obtenir des promesses de financement — un financement de débiteur en possession de ses biens — qui peut être utilisé pour payer les dépenses pendant le processus, qui peut s'étirer sur plusieurs mois, voire plusieurs années.

PLUS:pc