POLITIQUE

Couillard rabroue Barrette qui en remet contre son prédécesseur péquiste

02/10/2014 10:17 EDT | Actualisé 02/12/2014 05:12 EST
Patrick Bellerose

QUÉBEC - Philippe Couillard a rabroué jeudi son ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour ses propos désobligeants à l'endroit du docteur Réjean Hébert.

Loin de s'amender, M. Barrette en a rajouté, exigeant des excuses de la part de son prédécesseur péquiste.

En matinée, le premier ministre a profité du «Forum sur la lutte contre l'intimidation» en cours à Québec pour rappeler à l'ordre M. Barrette qui s'est déchaîné la veille contre l'ex-ministre de la Santé.

«Vous connaissez la personnalité du docteur Barrette, on le connaît bien, il est entier, mais ceci dit, il n'est pas nécessaire, lorsqu'on tient un discours politique, de rabaisser l'autre, je pense que le docteur Barrette en est conscient», a déclaré M. Couillard en point de presse.

Non seulement l'insulte n'est «pas nécessaire» et «n'ajoute pas à l'argumentaire», elle fait partie des «choses qu'il faut changer dans la société», a poursuivi le premier ministre.

«J'aime que le docteur Barrette soit énergique et passionné, j'ai besoin qu'il soit énergique et passionné mais parfois, on va plus loin, je suppose, que la pensée voudrait nous amener», a-t-il dit.

Mercredi, le ministre de la Santé a sorti l'artillerie lourde contre le docteur Hébert qui multiplie les sorties contre la réforme des structures dans le réseau de la santé. Irrité par ces critiques, le ministre Barrette a qualifié l'ex-député de Saint-François de démagogue et de menteur.

Il a entre autres affirmé que l'ancien ministre de la Santé sous le gouvernement de Pauline Marois était la «personnification» de la démagogie et qu'il n'avait rien laissé d'autre en héritage politique «qu'un tissu de mensonges».

À l'entrée d'une réunion du caucus libéral à l'Assemblée nationale, M. Barrette n'a pas fait acte de contrition, concédant tout au plus qu'il avait «peut-être trop» réagi aux attaques de M. Hébert.

Il a promis que dorénavant, il mettrait «tout en oeuvre» pour ne pas commenter les propos de son prédécesseur.

Puis, il en a remis contre le docteur Hébert, lui reprochant d'ameuter la population en répandant des faussetés au sujet de la présente réforme.

«On me traite de ministre machiavélique, on annonce l'apocalypse dans les médias, M. Hébert est dans tous les médias des Cantons-de-l'Est annonçant essentiellement la fermeture du CHUS (Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke). Il n'y a rien là-dedans! On ameute la population, on leur fait peur, on leur fait croire que les services vont être coupés, qu'on va perdre des institutions», a décrié le fougueux ministre.

Devant une telle litanie de «choses inexactes», il en va du devoir des élus de rectifier les faits, a-t-il argué.

«Si j'étais dans la grande région de l'Estrie et que j'entendais les propos de cet individu, je serais inquiet alors que tout ce qu'il dit n'existe pas, a soutenu M. Barrette. Mettez-vous dans les souliers de monsieur et madame tout-le-monde qui apprend par la bouche d'un ex-ministre que le projet de loi signifie qu'il n'y aura plus de CHU. Écoutez, c'est irresponsable.»

Le ministre Barrette n'a nullement l'intention de présenter des excuses à M. Hébert. Bien au contraire, il croit que c'est plutôt M. Hébert qui devrait s'amender auprès de la population pour avoir répandu des bobards.

«S'il avait à s'excuser, ce ne serait pas auprès de moi, je suis capable d'en prendre en masse, mais il devrait s'excuser auprès de la population, par exemple», a-t-il lancé.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques propositions au ministre Coiteux (tirées du forum Exprimez-vous)