POLITIQUE

Il ne faut pas dramatiser la situation économique du Québec, plaide Pierre Karl Péladeau

02/10/2014 10:03 EDT | Actualisé 03/10/2014 09:31 EDT
CP

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'économie et candidat pressenti dans la course à la direction du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, accuse le gouvernement libéral de se concentrer uniquement sur la réduction des dépenses, au détriment de mesures pour stimuler l'économie.

« Nous ne travaillons pas sur les revenus », a-t-il déploré en entrevue à RDI économie jeudi. Il a accusé les libéraux de ne pas avoir de politiques pour créer des emplois.

Le député de Saint-Jérôme a expliqué qu'il effectue une tournée des médias ces jours-ci pour dénoncer de récentes déclarations du gouvernement libéral qui, selon lui, dramatise la situation financière du Québec. M. Péladeau déplore certaines comparaisons faites par des ministres libéraux entre l'endettement et le déficit de la province et la situation désastreuse de la Grèce.

Les services rendus par l'État sont différents au Québec, a rappelé M. Péladeau, citant l'exemple des CPE.

« C'est tout à fait légitime de s'interroger sur l'efficacité de l'État », mais il ne faut pas oublier de stimuler les revenus, selon lui.

M. Péladeau n'a d'ailleurs pas voulu confirmer s'il sera candidat à la succession de Pauline Marois. « Ma réflexion se poursuit, je n'ai pas pris de décision », a-t-il répété.

Souveraineté et économie

Celui que les sondages donnent chef du PQ croit que l'économie d'un Québec souverain serait plus forte. Avec toutes ses compétences, le Québec « pourrait s'enrichir », a-t-il expliqué.

M. Péladeau est toutefois resté prudent sur un éventuel échéancier référendaire, rappelant qu'il s'était lancé en politique pour faire du Québec un pays prospère.

Péladeau, cible de critiques

Au cours des derniers jours, Pierre Karl Péladeau a multiplié les entrevues dans lesquelles il a défendu la sociale démocratie au Québec et dénoncé les compressions budgétaires du gouvernement Couillard. Il s'est attiré des critiques de certains adversaires politiques.

Le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, a qualifié ses propos d'« irresponsables » mardi. Le premier ministre Philippe Couillard a évoqué quant à lui des « propos étranges ».

De son côté, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a estimé que M. Péladeau « met ses lunettes roses » lorsqu'il parle de l'économie du Québec.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Pierre Karl Péladeau à Saint-Jérôme