NOUVELLES

Ebola: le Royaume-Uni et la Sierra Leone proposent un nouveau type de clinique

02/10/2014 08:26 EDT | Actualisé 02/12/2014 05:12 EST

LONDRES - Le Royaume-Uni et la Sierra Leone ont demandé jeudi davantage d'aide pour lutter contre la pire épidémie de virus d'Ebola de l'histoire, en plus de mettre de l'avant un nouveau type de clinique à cette fin.

Des responsables devaient dévoiler jeudi, lors d'une conférence à Londres, un projet qui prévoit la construction de 1000 cliniques d'Ebola en Sierra Leone. Ces cliniques n'offriraient que peu, ou pas, de traitements, mais elles permettraient aux personnes infectées de sortir de chez elles et de s'éloigner de leurs familles, ce qui pourrait freiner la propagation de la maladie.

Seulement une fraction des personnes infectées se trouvent actuellement dans des centres de traitement.

«Si on ne fait rien, on va simplement regarder les gens mourir», a prévenu une porte-parole de l'Organisation mondiale de la Santé, la docteure Margaret Harris.

L'épidémie d'Ebola a fait plus de 3300 morts, et la Sierra Leone compte parmi les pays qui ont été les plus durement touchés.

Les experts préviennent que la maladie continuera à se propager rapidement si on n'isole pas au moins 70 pour cent des personnes infectées, pour les empêcher de contaminer d'autres gens. Des dizaines de centres de traitement ont été promis, mais ils pourraient n'ouvrir leurs portes que dans plusieurs semaines.

Les centres de base, en revanche, pourraient être érigés en seulement une semaine, a dit Manuel Fontaine, le directeur de l'Unicef en Afrique de l'Ouest.

«Ce n'est pas un ou l'autre, a-t-il dit. Les centres de soins doivent être déployés rapidement, mais ça ne devrait pas servir d'excuse pour ralentir les centres de traitement.»

Les experts se tournent vers des options aussi inhabituelles pour tenter de contrôler l'épidémie, L'organisation caritative Save the Children a prévenu jeudi que l'Ebola se répand à une «vitesse terrifiante» et estime qu'au cours des derniers jours, cinq personnes par heure étaient infectées seulement en Sierra Leone.

«Nous devons essayer différentes solutions en raison de l'ampleur de cette épidémie, a dit le directeur des opérations pour Médecins sans frontières, Brice de la Vingne. Nous avons utilisé de telles tentes de base lors de catastrophes précédentes, mais jamais contre l'Ebola. Mais aujourd'hui nous avons un besoin urgent de plus de centres d'isolement pour empêcher les patients d'infecter leurs communautés.»

Le Royaume-Uni a déjà promis de fournir 700 lits à la Sierra Leone et envoyé des douzaines de militaires ou de travailleurs humanitaires en renfort. Pour sa part, Cuba a annoncé jeudi l'envoi d'un premier groupe de médecins et infirmières spécialement formés à destination de la Sierra Leone

De son côté, l'Australie a annoncé qu'elle plus que doublait sa contribution financière à la lutte contre l'Ebola, à 16 millions $ US. Le pays refuse toutefois toujours de fournir du personnel médical.

L'ONU dit avoir besoin d'au moins 50 millions $ US pour répondre aux besoins, seulement au cours du prochain mois.

La ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, affirme que son pays ne serait pas en mesure d'évacuer rapidement un Australien infecté, d'où sa décision de faire la sourde oreille aux appels lancés par des groupes comme Médecins sans frontières, qui réclament du personnel qualifié.

PLUS:pc