NOUVELLES

Ebola: le patient avait dit à l'hôpital du Texas qu'il était Libérien

02/10/2014 12:32 EDT | Actualisé 02/12/2014 05:12 EST

DALLAS - Les autorités sanitaires américaines ont retracé une centaine de personnes qui ont pu être en contact direct ou indirect avec le patient atteint du virus d'Ebola au Texas ou avec des gens proches de lui.

Une équipe de neuf responsables américains de la santé retraçait tous les gens ayant pu être en contact avec l'homme depuis qu'il a montré des symptômes, le 24 septembre. Parmi eux, on compte notamment trois ambulanciers qui l'ont transporté à l'hôpital et quelques enfants d'âge scolaire.

Ils seront surveillés chaque jour durant 21 jours, soit la durée d'incubation du virus. C'est ainsi que la chaîne de transmission sera brisée, a indiqué le docteur Tom Frieden, le directeur du Centre de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis (CDC).

Par ailleurs, la direction de l'hôpital texan Health Presbyterian — qui a donné son congé à l'homme la semaine dernière, bien qu'il venait d'arriver du Libéria — se demande si la situation aurait été différente si tout le personnel avait été informé que le patient arrivait d'un pays ravagé par l'épidémie.

L'homme a informé l'infirmière qu'il était en visite aux États-Unis et qu'il arrivait du Libéria, mais l'information n'a pas été assez largement partagée, a affirmé le docteur Mark Lester, de la compagnie mère de l'hôpital. L'homme a donc reçu un diagnostic de légère infection et a obtenu son congé.

On lui a prescrit des antibiotiques, selon sa soeur, Mai Wureh, qui a identifié son frère Thomas Eric Duncan. Il s'est de nouveau présenté à l'urgence quelques jours plus tard, alors que son état s'était détérioré. Celui-ci est en quarantaine depuis dimanche.

La gestion de ce cas soulève des doutes quant à la possibilité que le virus se répande aux États-Unis. Les autorités américaines et canadiennes se font rassurantes et affirment qu'elles peuvent gérer la situation sans problème.

Les autorités sanitaires régionales n'ont pas voulu confirmer que l'hôpital faisait l'objet d'un enquête, disant plutôt que, parmi leurs dossiers, ils cherchaient à voir si un hôpital avait appliqué les normes raisonnables de la médecine dans la décision d'admettre ou non un patient qui représentait potentiellement une urgence médicale.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, l'Ebola fait plus de 7100 malades et 3300 morts en Afrique de l'Ouest. Le Libéria, d'où arrivait le patient qui repose toujours dans un état grave aux États-Unis, est le plus durement touché, de même que la Guinée et la Sierra Leone.

PLUS:pc