NOUVELLES

Vladimir Poutine entend «protéger» le cyberespace russe, mais sans «contrôle total» de l'État

01/10/2014 10:05 EDT | Actualisé 01/10/2014 10:05 EDT
ALEXEY DRUZHININ via Getty Images
Russia's President Vladimir Putin speaks to journalists in the Belarus capital Minsk, on April 29, 2014, after attending a session of the Supreme Eurasian Economic Council . Putin warned yesterday that new EU and US sanctions could impact the work of Western energy firms in Russia and denied there were any Kremlin forces in eastern Ukraine. AFP PHOTO/ RIA-NOVOSTI/ POOL / ALEXEY DRUZHININ (Photo credit should read ALEXEY DRUZHININ/AFP/Getty Images)

Le président russe Vladimir Poutine a jugé mercredi "indispensable" d'élaborer des mesures visant à "protéger" le cyberespace russe, mais en excluant un "contrôle total" de l'État.

"Aujourd'hui, il nous est indispensable d'élaborer et de mettre en oeuvre un ensemble de mesures supplémentaires pour protéger le cyberespace" russe, a déclaré M. Poutine lors d'une réunion du Conseil de sécurité russe, selon une vidéo publiée sur le site officiel du Kremlin.

"Nous n'avons pas l'intention de restreindre l'accès à internet ou de le placer sous contrôle total" de l'État, a-t-il souligné.

Une telle mesure "n'est même pas envisagée", a-t-il répété.

Selon le président russe, il faut en premier lieu "nettement améliorer" la protection des sites internet utilisés par les "structures publiques" afin d'"exclure toute ingérence illégale dans leur fonctionnement, ainsi que des fuites d'informations confidentielles".

Il a également dénoncé les tentatives de "certains pays d'utiliser leur situation dominante dans le cyberespace global pour atteindre des objectifs non seulement économiques, mais aussi politiques et militaires", dans une référence à peine voilée aux États-Unis.

Le nombre de cyber-attaques contre les sites d'information russes "a nettement augmenté ces derniers temps, surtout ces six derniers mois", soit depuis le rattachement de la Crimée et l'aggravation du conflit militaire dans l'est de l'Ukraine, a indiqué le président.

Le projet vise aussi à "protéger les citoyens contre les risques" liés à l'utilisation de l'internet russe, où sont "diffusés librement des informations à caractère terroriste et extrémiste". La Russie va ainsi continuer à bloquer les sites considérés comme extrémistes, "comme c'est d'usage dans plusieurs pays du monde".

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait reconnu en septembre que les autorités étudiaient des mesures pour "sécuriser" le segment russe de l'internet en cas de crise grave.

Selon les experts, Moscou craint que d'éventuelles futures sanctions occidentales n'aient un impact sur l'internet russe.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les activités sportives de Vladimir Poutine