NOUVELLES

Trois soldats mexicains sont accusés de meurtres

01/10/2014 08:39 EDT | Actualisé 01/12/2014 05:12 EST

MEXICO - Trois soldats mexicains ont été accusés de meurtres mardi, plusieurs mois après que l'armée mexicaine eut prétendu avoir abattu 22 criminels présumés lors d'une fusillade.

L'incident s'est produit le 30 juin dernier, à San Pedro Limon. L'armée avait tout d'abord décrit le tout comme une fusillade, mais un témoin a ensuite fait état d'un massacre.

Les Nations unies avaient demandé l'ouverture immédiate d'une enquête, en évoquant de possibles exécutions sommaires, tandis que le groupe new-yorkais de défense des droits de la personne Human Rights Watch affirmait qu'il pourrait s'agir d'un des pires massacres de l'histoire du Mexique.

La version des événements fournie tard mardi soir par le procureur général du Mexique, Jesus Murillo Karam, est loin de faire toute la lumière sur cet incident.

M. Murillo Karam a prétendu que seulement trois des huit soldats présents sont entrés dans un entrepôt où s'étaient réfugiés 21 suspects. Il n'a pas indiqué si les suspects s'étaient déjà rendus ou s'ils étaient armés. Il n'a pas non plus expliqué comment seulement trois militaires ont pu abattre tant de victimes sans que personne ne cherche à s'enfuir.

Un suspect avait été tué précédemment, d'où le bilan de 22 morts.

Un expert mexicain, Alejandro Hope, s'est demandé comment huit soldats ont pu combattre 22 criminels sans perdre un seul homme.

La version officielle a été remise en question quand l'Associated Press s'est rendue sur place quelques jours plus tard, sans noter de signes d'une longue fusillade. Des indices permettaient plutôt de conclure que certaines victimes avaient été abattues d'une balle dans la poitrine alors qu'elles se tenaient devant un mur.

Une femme qui dit avoir tout vu a raconté à l'Associated Press qu'une seule personne a été tuée pendant la fusillade, et que toutes les autres _ dont sa fille de 15 ans, qui abattue à bout portant _ ont été exécutées après s'être rendues.

La femme a raconté que les 21 suspects s'étaient rendus et qu'ils étaient sortis de l'entrepôt, mais que les soldats les ont ramenés à l'intérieur. Elle a indiqué mardi que tous les soldats présents ont participé au massacre, et non seulement trois d'entre eux.

Des accusations formelles devraient être déposées mercredi contre les trois hommes, mais M. Murillo Karam n'a pas expliqué pourquoi il a fallu près de trois mois pour en arriver à ce point.

PLUS:pc