NOUVELLES

Des explosions font 32 morts, dont 10 enfants, en Syrie

01/10/2014 08:16 EDT | Actualisé 01/12/2014 05:12 EST

DAMAS, Syrie - Au moins 32 personnes, dont dix enfants, ont été tuées par deux explosions survenues mercredi près d'une école primaire, en Syrie.

Les deux explosions se sont produites près d'une école de la ville de Homs, dans le centre du pays.

La deuxième bombe a explosé au moment où des parents paniqués tentaient de retrouver leurs enfants dans une rue jonchée de sacs d'école et de débris humains.

La première voiture piégée avait sauté au moment où les enfants sortaient de classe à la fin de la journée dans un quartier principalement alaouite, une secte chiite à laquelle appartient le président syrien Bachar el-Assad.

L'explosion de la seconde a semé la terreur dans la foule.

L'attaque s'est produite près de l'école primaire Ekremah al-Makhzoumi. L'agence de presse officielle SANA fait état de 32 morts et 115 blessés. Un responsable local a ensuite révélé, sous le couvert de l'anonymat, qu'on compte au moins dix enfants parmi les victimes.

L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, dit que la deuxième explosion a été provoquée par un kamikaze. L'organisation évoque un bilan de 39 morts, dont 30 enfants âgés de moins de 12 ans.

Des images mises en ligne sur un site gouvernemental montrent un homme qui supplie les secouristes d'emmener son enfant et un autre qui semble tirer un enfant par les bras. Deux fillettes et un garçonnet crient et pleurent pendant qu'ils sont évacués.

D'autres personnes courent dans tous les sens, évitant de justesse la tête arrachée d'un enfant qui gît dans la rue. De la fumée s'échappe d'un véhicule en flammes. Un petit garçon prend un homme par la main tout juste avant la deuxième explosion. Une fillette se couvre les oreilles pendant que d'autres crient et s'enfuient. «Oh mon Dieu, oh mon Dieu», s'époumonne un homme.

Le gouverneur de Homs, Talal Barazi, a affirmé que les explosions étaient l'oeuvre de terroristes. L'attaque de mercredi n'a pas été revendiquée, mais les rebelles qui combattent le régime Assad commettent fréquemment des attentats à la bombe dans les secteurs de Homs contrôlés par le gouvernement.

PLUS:pc