NOUVELLES

30 ans de prison pour complot d'attentat à la bombe à Portland, en Oregon

01/10/2014 05:34 EDT | Actualisé 01/12/2014 05:12 EST

PORTLAND, États-Unis - Un jeune Américain d'origine somalienne a été condamné à 30 ans de prison, mercredi, pour avoir comploté un attentat à la bombe dans le centre-ville de Portland au cours des célébrations de Noël.

Les procureurs souhaitaient que Mohamed Mohamud, 23 ans, soit condamné à 40 ans de prison pour complot dans le cadre de ce qui était en fait une opération d'infiltration du FBI en 2010. Cependant, le juge Garr King a indiqué que le jeune âge de Mohamud ainsi que ses remords pour ses actions ont aidé à réduire sa peine.

M. King a déclaré qu'il croyait que les actions des agents d'infiltration du FBI ont mené à un «piège imparfait», c'est-à-dire que même si Mohamud n'a pas été piégé selon le sens juridique, leurs actions l'ont tout de même encouragé à commettre des actes répréhensibles.

Mohamud avait été arrêté le 26 novembre 2010 après avoir appuyé le bouton d'un téléphone cellulaire qui devait, croyait-il, provoquer une explosion massive et tuer des personnes réunies lors de la fête annuelle de l'allumage des lumières d'un sapin de Noël. La bombe était toutefois une fausse fournie par des agents du FBI qui prétendaient être des recruteurs d'al-Qaïda.

Les agents d'infiltration avaient contacté Mohamud après avoir appris qu'il avait écrit pour un magazine web djihadiste et échangé des courriels avec des terroristes qui avaient déjà été accusés.

M. King s'est dit en désaccord avec les avocats de la défense, qui ont tenté de présenter les gestes de Mohamud comme ceux d'un adolescent confus qui venait tout juste de se faire retirer ses broches quand il a été contacté par un agent du FBI prétendant être un membre d'une cellule terroriste.

Mohamud avait choisi l'endroit et le moment où la bombe exploserait, a expliqué M. King, et quand il s'est fait présenter le choix de commettre des gestes pacifiques de résistance, il a plutôt dit aux agents qu'il voulait «devenir opérationnel».

Les avocats de Mohamud ont indiqué qu'ils prévoyaient aller en appel.

PLUS:pc