NOUVELLES

La Bourse de Toronto recule face à de nouveaux signes de faiblesse économique

30/09/2014 05:27 EDT | Actualisé 30/11/2014 05:12 EST

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en baisse mardi, au dernier jour du troisième trimestre, les actions liées aux ressources naturelles ayant souffert des faiblesses dans les économies canadienne et chinoise.

L'indice composé S&P/TSX a rendu 16,41 points pour terminer la séance avec 14 960,51 points. Une série de reculs dans les dernières semaines forcent l'indice de référence du parquet torontois à afficher une perte de 4,26 pour cent pour le mois de septembre, son premier déclin mensuel en quatre mois.

Le dollar canadien s'est déprécié de 0,37 cent US pour clôturer à 89,29 cents US, un nouveau creux de six mois.

Statistique Canada a fait état mardi d'un produit intérieur brut neutre en juillet, pour faire suite au gain de 0,3 pour cent de juin et à celui de 0,5 pour cent de mai.

Les principaux indices boursiers américains ont reculé dans un contexte où de nouvelles données témoignaient d'une baisse de la confiance des consommateurs. L'indice du Conference Board à ce sujet a retraité à 86 points en septembre, par rapport à 93,4 points en août.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a perdu mardi 28,32 points à 17 042,9 points, mettant ainsi fin au mois de septembre sur un léger recul. L'indice élargi S&P 500 a effacé 5,51 points à 1972,29 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq a rendu 12,46 points à 4493,39 points.

L'indice HSBC des gestionnaires en approvisionnement pour la Chine a montré que l'activité manufacturière chinoise s'était maintenue en septembre au même faible niveau que le mois précédent, ce qui fait craindre à des observateurs que certains risques puissent menacer davantage la deuxième plus grande économie du monde.

D'autres données chinoises publiées plus tôt en septembre ont mis de l'avant un déclin de la production industrielle, une diminution des prix des propriétés, de plus faibles importations et de la pression sur les prix des usines.

Les opérateurs s'inquiètent aussi de voir l'amélioration de l'économie américaine convaincre la Réserve fédérale des États-Unis d'augmenter ses taux d'intérêt plus tôt qu'à la mi-2015, comme s'y attendent la plupart des économistes.

La vigueur de certains indicateurs économiques aux États-Unis a en outre aidé au raffermissement du dollar américain, ce qui a, en retour, fait chuter les prix des matières premières au cours du mois de septembre.

Le TSX affiche toujours une croissance d'environ 10 pour cent depuis le début de l'année, et il a réalisé des gains sur 11 des 12 derniers mois.

À Toronto, le secteur de l'énergie a retraité de 0,8 pour cent, le cours du pétrole brut ayant dégringolé de 3,41 $ US à 91,16 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York. Une baisse de la demande et une accumulation des réserves de pétrole a fait culbuter le prix du brut de cinq pour cent en septembre et l'a forcé à toucher son plus faible cours de clôture depuis novembre 2012.

Le secteur des métaux et minerais a reculé de 0,6 pour cent, tandis que le cours du cuivre effaçait 6 cents US à 3,01 $ US la livre à New York. La faiblesse de la demande a lourdement pesé sur le prix du cuivre — souvent considéré comme un baromètre économique en raison de son utilisation dans de multiples secteurs —, qui a cumulé une perte de cinq pour cent depuis le début de septembre.

Le groupe des actions aurifères du TSX a reculé d'environ 1,35 pour cent, pendant que le prix du lingot d'or abandonnait 7,20 $ US à 1211,60 $ US l'once à New York. Sur l'ensemble du mois, le cours du métal jaune a perdu près de six pour cent.

PLUS:pc