NOUVELLES

CM féminine: la FIFA n'a aucun plan de rechange pour la surface de jeu

30/09/2014 10:19 EDT | Actualisé 30/11/2014 05:12 EST

TORONTO - Malgré la menace d'une poursuite judiciaire de la part des meilleures joueuses, il n'y a aucun plan de rechange au gazon artificiel pour la Coupe du monde de soccer féminin en 2015.

«Actuellement, non, a reconnu Tatjana Haenni, directrice adjointe du comité de compétition et directrice des compétitions féminines à la FIFA, lors d'une entrevue depuis Ottawa.

«Nous jouons sur une surface synthétique et il n'y a pas de plan B.»

Les meilleures joueuses au monde ont menacé de déposer une poursuite sur le choix de la surface synthétique pour disputer le tournoi. Elles prétendent que c'est discriminatoire puisque les hommes n'ont jamais eu à jouer leur Coupe du monde sur du gazon artificiel.

En réaction, la FIFA a retenu les services d'un consultant indépendant pour examiner la surface de jeu qui sera utilisée dans les stades d'Ottawa, Moncton, Montréal, Winnipeg, Edmonton et Vancouver.

Questionnée à savoir pourquoi on avait fait appel à un consultant si on n'avait pas l'intention de modifier la surface, Haenni a déclaré: «La qualité du gazon est une préoccupation pour beaucoup de gens.

«Comme vous le savez, il y a différent type de gazon synthétique. Il y a les plus anciens, les plus récents, et vous pouvez les classer en fonction de certains tests. Et je pense que pour nous tous, dont le Comité d'organisation et l'Association canadienne de soccer, ce sera utile de connaître — sur la base de l'expertise d'une société indépendante — le genre de gazon synthétique et sa qualité.»

Ce consultant accompagne une délégation de la FIFA qui amorce une tournée d'inspection qui a commencé à Ottawa, mardi.

Peter Montopoli, le secrétaire général de l'Association canadienne et chef du comité d'organisation, a révélé que le consultant connaissait bien le Canada parce qu'il avait effectué une enquête similaire avant la Coupe du monde U-20 de 2007 au pays.

«Cela a été fait avant et c'est normal de le faire pour évaluer l'état des sites qui seront utilisés», a déclaré Montopoli.

Haenni, une ancienne internationale suisse, a ajouté que jouer sur une surface synthétique approuvée fait partie du jeu.

«Ça fait partie des règlements de la compétition et des règlements du sport que le gazon artificiel puisse être utilisé pour n'importe quel match international, y compris les matchs de qualifications de la Coupe du monde et il a été utilisé pour de tels matchs, a soutenu Haenni. Il n'y a donc pas lieu d'en faire toute une histoire. Il ne s'agit pas de statuer sur l'utilisation ou non du gazon artificiel. Il est seulement question de s'assurer de la qualité de la surface.»

Un groupe de joueuses a menacé d'entreprendre des poursuites légales, dont les vedettes américaines Abby Wambach et Alex Morgan, la joueuse de l'année de la FIFA Nadine Angerer et l'Espagnole Veronica Boquete.

Leur cause a reçu le soutien de plusieurs personnalités, dont l'acteur Tom Hanks et les vedettes de la NBA Kobe Bryant et Kevin Durant.

Haenni trouve «vraiment regrettable» que les manchettes avant le tournoi accordent toute cette attention à la controverse sur la surface utilisée.

«C'est dommage que toutes ces belles histoires concernant le football féminin et les femmes dans le football soient présentement occultés. Mais je suis convaincue qu'un jour, la FIFA et l'Association canadienne seront en mesure d'aller de l'avant et de mettre en valeur toutes les belles réussites entourant la Coupe du monde féminine.»

Haenni a avoué qu'elle n'avait jamais joué sur une surface synthétique pendant sa carrière.

«Elle n'existait pas à l'époque, a-t-elle répondu. Je suis plus vieille que cela peut paraître.»

Interrogée à savoir si elle avait de la sympathie pour les joueuses qui contestent l'utilisation d'une surface artificielle, elle a répliqué qu'elle respectait les opinions des autres «mais ce n'est vraiment pas à moi d'exposer mon opinion personnelle sur le sujet.»

PLUS:pc